Anna Karina

0 comments

Posted on 27th décembre 2019 by Gunter in Textes |Uncategorized

Anna ___

Karina n’est plus, « j’sais pas quoi faire, qu’est – ce’ que j’peux faire,

j’sais pas quoi faire, qu’est – ce’ que j’peux faire,

j’sais pas quoi faire, qu’est – ce’ que j’peux faire »,

j’sais plus, « crie pas si fort …
j’écris ! » Jean-Paul, La Vie, L’Amour, La mort, À faire,

Ave Anna ! ___Frimaire’ 2019‘, Gilles Roca

« Pierrot Le fou » est Là, Godard, Bébel, sont Là, Anna,

sont toujours Là, toi, Vois – La, re – Vois – La ! Anna,

ses’ yeux Nouvelle Vague’ À L’âme, de fond, qu’elle’ entraîna,

La flamme, qu’elle’ dessina,

impressionna,

et, qui tourbillonna,

L’esprit qu’elle’ incarna’,

et, qui s’y Adonna,

Abandonna,

y fredonna,

y chantonna,

La belle persona,

qui fusait, AriAnna,

notre MariAnna,

frimousse’ ex machinAnna …

Ave Anna ! ___Frimaire’ 2019‘, Gilles Roca

Houria Guerrouache, DES GLACIERS ET DES HOMMES

1 comment

Posted on 22nd décembre 2019 by Gunter in Textes

Houria Guerrouache, DES GLACIERS ET DES HOMMES (A Glance Over the Edge of Naturephotographies. Exposition, 3-31 décembre 2019. Café des Psaumes, 16 ter rue des Rosiers, 75004 Paris.

La liberte au SPITZBERG
Une authentique rencontre avec la nature
par Carla AUQUE

C’est au Spitzberg sur l’ile principale de l’archipel arctique du Svalbard qu’Houria a trouvé la liberté dont elle revait. Une rencontre avec la nature authentique. C’était l’été dernier, durant une dizaine de jours, le temps d’un voyage ressourçant et énergisant au cœur des glaciers du pôle Nord. Le séjour dans cet espace exceptionnel, nécessitant une survie en totale autonomie, lui a permis un contact rapproché, quasi fusionnel, avec cette nature sauvage, insaisissable et saisissante. À l’heure où le réchauffement climatique n’est plus réfutable, Houria voulait « découvrir les glaciers avant qu’ils ne disparaissent ».
La meilleure façon pour elle de pérenniser ses souvenirs a été de les offrir au grand public… sur papier glacé. L’oeil de la photographe a capté la nature à l’état brut. À travers ses photos, telle « Une lueur d’espoir », le visiteur curieux découvre, ébahi, la richesse et la vitalité de la Terre! La diversité de la végétation, l’agilité des animaux subjuguent*, dans cet espace préservé de l’homme et de ses installations destructrices… Qui des Souris et des Hommes sont les plus néfastes ?
Inutile de se revendiquer anthropocentriste, face à l’immensité et la grandeur de la nature, à la puissance et la beauté de ces glaciers de 30 mètres de hauteur l’homme apparaît bien petit. Face à lui-même, il ne peut que se pencher vers une conception bio-centrée de la vie.
Voir « A l’origine d’un nouveau monde ».
(avec P. Frémont/J.S.)

MOI, HOURIA G.

Loin de la France, dans cette terre d’Algérie tourmentée par les événements d’après-guerre, dans un petit village des montagnes kabyles une femme donne naissance à son 4 ème enfant et le nomme Houria, liberté.
Devenue femme, Houria garde le souvenir de cette période encore marquée d’un sceau dont le mystère, toujours présent, ne demande qu’à être dévoilé.
Aujourd’hui cette femme, dont l’enfance a été portée par une nature encore à l’état brut, a pensé qu’à partir du spectacle de cette nature inviolée, l’œil du photographe pouvait peut-être jouer le rôle d’un révélateur.
Elle commence à s’intéresser à la photographie à la naissance de sa fille en 1991.
Ses premiers modèles sont donc les enfants qui la fascinent par l’authenticité de leur regard et l’entièreté de leur engagement dans ce qu’ils font.
Houria a gardé intacte sa passion d’enfance pour la nature à l’état pur.
Ses récents voyages en Mongolie, dans le désert marocain et au pôle Nord (où ont été réalisées les photographies de l’exposition), nous montrent son intérêt pour la nature aux frontières de l’inaccessible. Aller toucher cette nature comme on caresse un animal sauvage, une rencontre authentique où l’humain remis à sa juste dimension n’a qu’à s’incliner devant le grandiose de cet Autre vivant.
Cet été, elle a souhaité découvrir les glaciers qui sont devenus la figure emblématique du réchauffement climatique. La destination choisie se voulait être la plus septentrionale accessible au commun des mortels. C’est donc au nord de la Norvège, au large de Longyearbyen dans la région du Svalbard, au Spitzberg situé à 500 kms à l’est du Groenland et à 1020 kms du pôle Nord, qu’elle s’est immergée dans l’univers arctique afin d’approcher les glaciers et la faune sauvage. Un véritable « corps à corps » avec cette nature qui l’a transformée. C’est pour témoigner et partager avec le plus grand nombre cette bouleversante expérience qu’elle a souhaité pour la première fois exposer ses photographies.
Deux glaciers du Spitzberg, un dans la baie de Svéa et l’autre à Templeford, photographiés à des moments différents, nous dévoilent par leurs couleurs leurs « états d’âme ».
Afin de ne pas altérer leur authenticité, les photographies n’ont pas été retouchées.
Les combinaisons de noir et blanc des encadrements viennent simplement appuyer le message des images.

Houria Guerrouache arrive en France dans les années 70 à l’âge de 7 ans, grandit en banlieue parisienne et vit aujourd’hui à Paris.
Elle exerce la profession d’infirmière pendant 7 ans dont 5 au service des Urgences, puis se spécialise en puériculture pour assurer notamment des fonctions de directrice de crèche en ile de France et de coordinatrice petite enfance à la Ville de Paris.
(H.G., avec J.S.)

GLACIERS A LA DERIVE, TERRE EN PERIL
Miettes philosophiques à propos la fonte des glaces, par Jo STRICH

« Et pourtant elle tourne », disait Galileo Galilée de la planète Terre que la bien-pensance romaine de l époque voulait à tout prix plate, au centre de l’univers, et avec le Soleil tournant autour d’elle.
Rallié au système du monde proposé par Copernic, qui avait démontré le double mouvement des planètes sur elles-memes et autour du Soleil, mais que la cour de Rome dénoncait comme hérétique, Galilée, sommé de ne plus le professer, sinclina. Mais, revenu à Florence, il publia toutes les preuves de la vérité du système. Il dut alors abjurer devant I Inquisition. Mais l histoire retiendra surtout sa fidélité ultime à la vérité scientifique: « et pourtant elle tourne », avait-il conclu le procès.
Aujourd hui je le dirais aux climatosceptiques de tout bord, à commencer par le président américain Donald Trump. Paraphrasant le physicien et astronome italien des 16 et 17 è siècles, je ferais écho aux photographies d’Houria : et pourtant elle chauffe. Elle chauffe bien, et de plus en plus, n’en déplaise aux imbéciles heureux (ces capitalistes et nouveaux conservateurs qui se retrouvent dans les COP21 etc) et extremistes de droite comme de gauche (qui mènent encore et toujours les mêmes combats perdus d’avance pour les mauvaises causes has been historiques et éthiques), alors que la maison brûle (oui je sais, le glacier fond, mais c’est la même chose). « La folie c’est de toujours faire la même chose et de s’attendre à un résultat différent », disait Einstein, ce Galilée du 20 ème siècle. Ainsi, sommes nous fous à consommer notre planète telle le buisson de Moise « tout en feu sans être consumé ». Même nos savants sont devenus des semeurs de malheur comme celui du Bal des Vampires de Roman Polanski qui ramena au monde à son insu le Graal ou le bacille de la peste. Serais-je alors, à l’encontre d’Houria l’optimiste, un pessimiste invétéré ? Un pessimiste est, dit-on, un optimiste avec de l’expérience…
J.S.

Jean-Pierre Mocky

0 comments

Posted on 6th septembre 2019 by Gunter in Textes

comme’- un Mocky, « Silence’ ! On tourne’ ! Moteur ! Action ! ____

* … Un Mocky … bruit / fureur … tourneur … Acteur … Moteur ! … ArrêtAction ! ____
… un percheur … un « perceur de tranchée » … Le « Mocky »,
… un Drôle’ d’oiseau, siffleur, persiffleur … Mer
le siffleur, Merle Mour,
… Un Drôle’ de paroissien, du gen
re Madeur, de sainteté, pas’ en’ odeur …
… un’ ibis’ rouge’… un’ ibis’ noir … un’ Albatros’,
… un débardeur … un «
desBradeurs », de pellicule, « Despérados’»,
… intra-Muros’, extra-Muros’,
… un «  passe’- Muros’» … de
Motsqui … Le Mocky ?

* Mocky, « M’ Le Maudit », Mocky, M’ Les Mots – dits Motsqui … croustillent,
EtMotsqui … grillent, EtMotsqui … trillent, Motsqui … étrillent,

* … un baroudeur … un « bourradeur », homme’- orchestreur … un « romanicheur »,
… un pasticheur, des posticheurs, « Libertaireur », des Marges, … un Visiteur,
… un « délicatesseur » … u
nete de plateaux, réalisateur … un « Marlouseur »,
… un « satireur d’éli
te » _ roi des bricoleurs … un franc-parleur … un franc-tireur,
… un combatteur, de La résistance’ Au pro
pre Libérateur … un’ écorché Vif … écorcheur,
… un Vif’ éruptif … érupteur … un transgresseur … un’ « ébruiteur » … un’ « étourneur », … un’ « émoteur » … un’ insurgé, hors du « clergé », en scène’… en
tremetteur,
« Maître’- Étalon », passeur, en scène … transmetteur,
… un rageur, cœur-rageur … un renverseur de torts … un brocardeur … un « Loufour », dessinateur, genre croqueur, Monstre – Monstreur … un’ Anar – fureteur,

* … un Compagnon des Marguerites … de La nuit,
… un’ éclaireur, Allumeur,
rêverbeur, de nuit,

* … un’ Aimanteur … un’ Attracteur … un Spectre Vert, de La Cité, des spectracteurs,
de
rêverbères, … un’ Amateur … des … prom’- hauteurs … des … profondeurs dépôtfrondeur, À L’énergie, où … L’âme’- agit, de base’, Agitateur,
unprévisible’… unpro, Grandeur et Décadence … d’ un grand producteur,
… un
desLivreurs … de pellicule’, Action – École’, … un’ empêcheur,
de tourner’… en rond, des producteurs, Marionnetteurs,

* … un, Vrai, Marteau-piur, et, pas piqué des Vers … piqueur – piqué … Au Vert,
… un « poches’- perceur », jus
que dans son Linseul … sans poches, Aux Vers …

* … salut L’Artiste !, Mocky, Motsqui … rient, Maux – qui
pleurent, pot pourri, Vive L’Ampleur !, c’est’ Acquis … c’est parti … Mon Mocky !
____

Thermidor 2019’, À terme’ y dort, et d’or, et neuf, serviteur, Avocat, ____
Gilles Roca ____

Michel Serres

0 comments

Posted on 4th juillet 2019 by Gunter in Textes

c’était Michel, Serres _ dit’- il, ____
une’ eau-de-Vie,
disent’- ils ____

une’ ode’ À La Vie, décoction … _____ de Soleil, émissaire’, un, clair, « effet de Serres », ___ Solaire Michel Serres,

* « Le message du sage _ [ L’espiègle Gascon, qui s’en Va, en pleine’ Ascension,
message’ d’humilité, Lumière, Lucidité,
écologie, et, poésie, et, donc’, fiabilité,
La jeunesse’ À L’oreille, L’oreille, de La jeunesse’,
c’est « d’Amour » qu’il Aimait cette’ jeunesse,
ces «
petits poucets’»,
et, «
petites’ poucettes »,
ce
tte nature, jeune’ est-ce, qu’il faut’ Aider, pousser,
de son
regard « oblique » _ sa meilleure’ facette ] », _________________ en cette’ heure, ____ ____Pascal Riché, L’Obs’, 6 juin 2019’, serviteur,
Michel Serres, Écrire, dit’-il,
Le sel de La terre,
joindre L’Agréable’ À L’utile,

Le décor … L’harmonie … Le compositeur … L’écriture’ est ma Vie …

* « L’écriture, c’est mon métier, ma Vie,
ma douleur,
mon calvaire,
mon boulet, de six tonnes, Au pied, c’est ma chair,
et mon sang,
ceci est mon corps ! »

* « Mon’ Art,
c’est L’écriture’, et, L’écritu
re ne Va pas sans La musique.
Quand Vous’ écrivez’ u
ne phrase, si Vous ne mettez pas’ en’ harmonie
Les conso
nnes … Les Voyelles … Le rythme … Le nombre de pieds …
Vous n’ê
tes pas’ un’ écrivain. Un’ écrivain, c’est’ un compositeur. »

* « Pour moi, La musique’, [ écriture’ poétique’ ],
est Le
premier des’ Arts.
C’est, d’Ailleurs, pour
cela, qu’il s’Appelle’ La musique,
car il réunit tou
tes Les muses’ À La fois. »

* Marcher fait partie du métier,
par
ce que c’est Le secret
de L’invention intellectuelle.
Le métier d’écritu
re n’est pas’ un métier’ intellectuel, mais, corporel.
La mar
che donne Le rythme de La pensée, de L’écriture. » En cette’ heure,
Qui
se crée … ma muse … ma foi … __ G R, serviteur / 1

Michel Serres _ dit’- il, ____
en’ écrivant, dit’- il,
____

* Populaire Penseur, découvreur, inventeur, innovateur, Passeur, un’ Anticipateur,
un Vulgarisateur, un’ improvisateur ; de mots, cultivateur, éleveur, éclaireur, ouvreur,
et, transmetteur, un Voyageur, un baroudeur, et, un conteur, un’ Arpenteur, un déchiffreur, un défricheur, un chercheur, dénicheur, un marcheur, Accoucheur,
des’ esprits _
maïeutique’, un Socrate’- Accoucheur, un pisteur, précurseur,
un Laïque « prêcheur », un chineur, taquineur, un charmeur, séducteur, espiègle chahuteur, familier des hauteurs, dans Les grandes Largeurs, grimpeur, escaladeur,
des cimes’ et des gouffres _ grandes profondeurs, notre humain’ Auteur…

* … qui tire Vers Le haut, nous hisse Vers Le haut, est digne des préaux, d’école de La Vie,
qui
« A du corps », La Vie, qu’il prend « À bras-Le-corps », Le « Corpus’ » de sa philosophie, y « prend corps », Vrai corps, Au Vent du Souffle de L’Esprit, des – corps
il plante Le
décor … et y « donne du corps »

* « un cœur intelligent »,
A F, présent, cadeau, proche des gens,
« [ Le timbre chaleureux, Le sourcil en bataille’, espiègle’, et, pétillant »,
« Le regard bienveillant », Robert Maggiori, Libé, optimiste « Voyant »,

* intime’- univers - sel ... de La terre _ Le Serres,
Le philosophe « naturel », que Michel nous dessert,
Attique’, esprit de sel, des, cinq’, sens’ Au sens’, où quinte’- est - sens’... du sens’,
« J’Ai épousé La Connaissance », « fille de joie », de mon’ enfance,

* « [ Nature _ Notre mère, Nature _
Notre sœur, et, de Notre famille, Nature _
Notre fille ] », Notre fille de cœur
, de L’Aigle _ dans Les Serres,
L’Aiguillon, Michel Serres,

* de La célébration, de L’imagination, fondamentale _ naïveté _ intuition,
tradition / transgression, transcendantale _ nécessité d’invention,
« Dehors Les gestionnaires ! », « La périphérie c’est Le centre »,
Georges’ Casalis’,
Debout Les Visionnaires !,
Serres _ boîte’- À – malice(s),

* un, mortel, immortel, notre meilleur miroir,
du savoir, mais, dans L’Art, de L’ouvroir, de L’œuvroir,
témoin du temps, « Comme’- un … bruissement d’Ailes » _ d’Aragon,
L’Aigle’, À tire-d’Aile _ hors de ses gonds,
plus pour Longtemps, intime paradigme’_
universelle’ énigme’,
__/ 2

* épique’, écho – logique’, et, esthétique’, éthique _ Contrat Naturel, ____
Aux radicales’ Ailes _ spatio-temporelles,
La créativité, de L’inventivité, en réciprocité, responsabilité, La transitivité,
Michel Serres _ L’essence _ Signe de Naissance’,
y co – naît – sens’… y re – naît – sens’…
re – connaît – sens’… Vague’- À – bonds … d’eau – céans …
Michel Serres’_

* océan, humble Lucidité, force _ fiabilité, un rituel, spirituel,
L’Art du jeu, du rire _ de La distanciation, L’humour _
distanciation, « La distance prise par chaque’- un Vis’- À - Vis
de soi-même »,
J
ean Cardonnel,
J C sème _
d’Amour,
Au Vent du Large _
Michel Serres _ dans sa barge _ dans sa marge’, expliquer …
« Le Visible compliqué … par L’invisible simple’ », À expliquer …
« L’Histoire _
globale’ entre dans La Nature, tandis que La Nature globale’ entre dans L’Histoire »,

* La Vérité, formes’ et fond, plancher / plafond,
de ses tréfonds … baptismaux, fonts … À « La, Vraie, désobéissance _
celle qui permet d’inventer », de L’inné À L’Acquis, désobéissance’
Verticale’_
institution, invention horizontale, humanisation,
et, propre création, fondamentale naïveté, intuition,
de La réalité … Au réel … échappé(e) … de notre’ humanité,
désobéir, penser, dire’, et, Agir, et, découvrir, et, inventer,
ce que nous sommes, d’où nous Venons’, où nous’ Allons, femmes’ et hommes,
enfants d’humanité, « intime’- universelle convivialité », J C, en somme’,
et, j’y sais
Michel Serres, désobéissance _
civile _ civique _ désobéissance’ inventive’, une’ éthique _ de remise’ en question(s),
qui permet L’invention,

* « indignez-Vous’! », « Engagez-Vous’! », « insurgez-Vous ! » « Maintenant’ et ici »,
celles’ et ceux qui savent dire NON … merci !
« C’est’ ici Le chemin »,
c’est La philosophie, de notre, humain, défi, comme’- un … défi commun,
mais non, mais non … mais si !
Merci …

* La Passion de L’humain, La Passion du chemin, Aujourd’hui pour demain, L’humanité,
et des pieds’ et des mains … pour La cause _ « La Passion de L’humanité »,
J C, « Chemin de moi À moi, chemin de moi À toi, de toi À moi, de moi …
À chaque’- une’, À chaque’- un,
de chaque-une _ chaque-un, hors de sa « chacunière », œillères en ornières, … À moi »,
/ 3 * J C – G R, serviteur, en cette’ heure, Michel Serres, serviteur, Michel Sert, et, nous Sert,__
qui trace Le chemin, qui L’empreinte … Le Sert, Sillon, Sillage _
Michel Serres,
Soleil en – Serre … notre Jardin des plantes … Le décor, de notre’ humAnimalité,
de notre’ « humanité,
ce beau nom, ce beau don,
féeminin, Singulier, des’ êtres’ À Li-er, du couchant’ Au Levant, femmes’_ hommes’_ enfants,
des peuples’ Au pluriel, êtres, humains, pluri-Ailes, En Vol d’humanité »,
J C –
G R, serviteur, j’y sais … L’humanité …
de notre
Michel Serres,
pas de doute’, il La Sert …

* « La raison nous commande, bien plus’ impérieusement qu’un maître ;
car, en désobéissant’,
À L’un, on’ est malheureux’, et, en désobéissant’,
À L’Autre’, on’ est’ un sot »,
Pascal, Pensées, Semant … désobéir, c’est’ être _ naître,
mais, par-delà Les mots …
en quatre temps, combattre,
22 _ 44 _ 66 _ 88’, quatre saisons, d’Amphithéâtres,
À La Vie, À La mort,
Michel Serres’ S’est mis’ en quatre _
pour nous dire nos quatre _
méritées _
Vérités
___4, ____
Les quatre pages de sa Vie,
____
neuvième décennie, À ses
89’, ____
neuvième mois, Prairial,
2019’, ____ ____ _« Soleil de nuit » de nos saisons, ___« La dernière saison », Jacques’ Prévert est passé par Là, _qui nous donne Le « La », ____ _« Les’ Actes désintéressés ___sont Les’ étoiles de La terre »,
__de Montherlant, de Michel Serres, sel de La terre _
__Les Soucis’… Ailées’ immortelles … Pensées, ____ ____ ____ ____ __serviteur, Avocat, ____ 19 * _Gilles Roca

Ensemble, en marge.

0 comments

Posted on 19th mai 2019 by Gunter in Textes

ensemble’, __
_En Marge …
__sans’ Emmanuel Macron, marge …
de rattrapage …

notre commun bien …
on recharge,

« La marge …
c’est ce qui fait tenir Les pages’ ensemble » _
Jean-Luc’ Godard, À La marge _

d’Agnès’ À La plage’…
Ailées … plages d’
Agnès’,
À
Varda À La page’…
Ailées … pages d’
Agnès’,

telle’, Agnès’ Varda, « je suis’ en marge,
du système’, et, j’y suis très bien » …
A V,
___salut … A V !,

j’émarge’,
En Marge’,
ensemble’,
À ce qui nous rassemble’, et, nous ressemble’,
et, Aussi, se propage’,

À nos prochaines pages !, ____nouvelle’ ère, ____ _ ___ __« du peuple _ L’ère », J-L M, G R

Agnes Varda

0 comments

Posted on 19th mai 2019 by Gunter in Textes

Agnès’ Varda, ____

* quand La Varda s’en Va … Avec’ tout son barda … L’Ancienne Vague’ y Va …
Nouvel
le Vague’ À L’âme … de fond … de Varda,
Au fond du cœur, La flamme’, Agnès’, en … Vague’- abonde’,
Aux quatre coins du monde’, en Vibrations’, en’ ondes,
Du côté de La côte, La Poin
te courte’, À Sète, passent Les’ Années, sept’,
Cléo de 5’ À 7’, et toutes ses facettes,

* Les Voyages d’Agnès’, paysages d’Agnès’, Les Villages d’Agnès’, Les Visages d’Agnès’, balayages d’Agnès’, éclairages d’Agnès’, Les rivages d’Agnès’, Ailées … plages d’ Agnès’,
Elle’ chante / chante pas’… Avance pas’ À pas’…
Appâts’ ou pas’ Appâts ? Ne La concer
nent pas …
el
le qui met ses pas’, en chemins de traverse
de La traversée … d’une Vie de traverse,

* L’ île’ et Elle’, Archipel … Jacques’ Demy, si tu nous regardes’… Aux Visages _ Villages,
en planétai
re pérenne glaneuse d’images,
hors des sentiers battus,
talenttueuse’… casse’- codes,
qui incommode’ La mode,
Varda par Agnès’, dite La « Pile’ Varda »
Madame’ Agnès’, À L’eau … « L’invincible’ Armada »,

* « suscitée, et, res’- suscitée » … « fidèle’ rebelle’ », « La Simone’ Veil du cinéma »,
Jean-Pierre’ Mocky, « belle’ et rebelle », Varda _ panorama,
indignée, engagée, insurgée, Visionnaire, comment – taire
Le
Vard’ Art … du documentterre ?,
Sans toit ni Loi … Au cinéma, Sandrine’ Bonnaire,
Vard’ Arttisane’- piétonne … de La rue Daguerre,
Mursmursdocumenteuse … dit La Vérité, sur L’équité, La parité, L’Égalité _
femme’- homme
_ en Liberté, nécessaire Fraternité _ Sororité,
féeminine _ propre révolution, Actée, propre’ intime’- universelle féeminité,
des riva
ges d’Agnès’, et des plages d’Agnès’, et, de La Rive Gauche’, en son, dernier, jardin, elle côtoie Alain Resnais, qui, Avec’ Chris’ Marker’, Ailés … jardins,
marquèrent’… u
ne Vie, qui renaît
de jadis’ et naguère
de
La rue Daguerre, La pédagogie … de La magie – sienne … passe,

* je te salue, Agnès’, Varda, pleine de grâce’, et, d’imagination,
et, Autant d’intuition, Autant d’inspiration, et, Autant d’inventions’, et, de
cocréationsJacques’ Demy, si tu nous regarde’… À La marge … La grâce’,
en fleurs, qui nous’… en – brassema Muse du Parnasse
tu
m’AmusesAvec’ toi et de bon’Aloi, que L’on’… en-brasse !, Germinal 2019, Gilles Roca

… et … Codicille’ _ Agnès’ Varda _ ____
A V … salut … Ave Varda ! ____

Codicille’ Au Test’- Aimant … ____
disent’- ils … en L’Aimant’…
Eau – de – Vie … Attirant …
Le faire’… et L’être’… Aimant’,

Attirant …
L’émotion, À raison, La passion … de L’être’ Aimant …

et, très tôt, La photo,
Les tréteaux, Les plateaux’,
en’ écho, son’ écot, un présent … un cadeau,
en
tre La plume’… Ailés … gâteaux’,
et, très tard _
Levée tôt,
couchée tard _ Le Veto … du … rideau !

Côté jardin, et, Côté Cour,
Côté jardin, sans Cour,
Côté Cour, sans jardin,
en
tre Cour et jardin,
no
ble parcours,
Au Li
bre Cours,
et, Au Long Cours,
noble
sse … pas de Cour,
noble
sse … de jardin,

Madame’ Agnès’, Madame’ Jourdain,
sans Le savoir, Madame’ Jardin …

Rive Gauche, mon Village,
Ri
ve Gauche, mon jardin,
Ri
ve Gauche, mon Visage’,

et, À Daguerre’…
comme’ À
Daguerre !,

Montparnasse,
mon Parnasse,

Les neuf Muses …
m’Amusent,
Agnès’ Varda, ma Muse’, ___une belle’ ère’,
Agnès’ Varda … m’Amuse !, _G R

Notre Dame II

0 comments

Posted on 19th mai 2019 by Gunter in Textes

* Lundi 15’ Avril 2019’, Au soir … NotreDame’, ____
de
Paris, cœur de Paris, en flammes,

* Paris brûle’- t – elle ?, ____
No
tre – Dame’ de Paris brûle, telle,
plus de huit siè
cles d’Histoire’, en’ un soir, une’ nuit, ont’ été consumés,
plus de huit siè
cles de mémoire’, en’ une nuit, sont partis’ en fumée,

* Notre – Dame des flammes, Notre – Dame, femme – flamme,
No
tre – Dame des’ Âmes, Notre – Dame, flamme d’âme,
J
ean Cardonnel, J C : « fidèle’ rebelle » _ flamme, « belle’ et rebelle » _ flamme,

* Notre – Dame du Peuple, du Peuple de Paris,
et, des peu
ples du monde,
No
tre – Dame du monde,
Cathédra
le du Peuple _ Planétaire Peuple, « notre drame’ de Paris »,

* Notre – Dame de Paris, notre doyenne _
Notre Digne citoyenne _
du mon
de des’ âmes _
Toi, no
tre flamme _ Tes huit siècles’_ et plus’_ en 1163, La première’ pierre _
Ne nous contem
plent plus … en 2019, tiennent toujours Les pierres’, et nous te contemplons’,
et nous te
re – peuplons,

* « Notre – Dame des Larmes »,
No
tre – Dame désarme, enbrassée,
No
tre – Dame, de Liens, d’humanité, enbrassée,
No
tre – Dame, de Liens, d’une’amitié,
en Lien, qui Vient, d’ « intime’- universel
le convivialité », Peuples du monde’ entier,
J C, « Lien d’Amour d’Amitié »,
* J
ean Cardonnel À L’Âme,
ma fresque’ À No
tre – Dame,
Marie,
nous sommes’ marris,
No
tre – Dame’ en péril,
nos’ Â
mes’ en péril,
Le grand’ orgue, musical,
nos’ Â
mes musicales,

* Notre – Dame’ éventrée, Le chœur À ciel ouvert, charpente’ carbonisée,
toiture’ carbonisée, flè
che carbonisée, transept’ & nef carbonisés,
Voû
te _ pignon, clocher central, carbonisés, Le chœur carbonisé, Le cœur, carbonisé, __/ 1
* Le bourdon sonne’ Le glas,
____
Le bourdon, pas Le glas,

des boyaux’ Au noyau, du joyau des joyaux, flamme _ jaillit La joie,
No
tre – Dame qui tombe, Notre – Dame qui choit,
renaîtsens’, se relève, Notre – Dame – La joie,
No
tre – Dame, notre choix,
du bûcher’ Au
chevet, de notre’ humanité,
« Quel
que part dans L’inachevé »,
Vladimir Jankélévitch, il faut sauver Le « clocher de L’humanité »,

en cendres _ La « forêt », La charpente « de Joseph », Le charpentier,
Le mari de
Marie, Notre Dame’ du « chantier »,
de L’Humain, À créer, L’effroi, pour Les beffrois, histori
que _
cataclysmi
quele magnétique de La création, joyau gothique de La création,

* de La Passion, crucifixion, À La Pâque _ Passage, À La Résurrection,

* Notre – Dame’ de Paris,
No
tre – Dame’, immortelle’, enbrassée, immortalisée,
par
Victor Hugo, Actrice’, et, de notre’ humanité,
La, créatrice’, « cicatrice », d’une’ « civilisation », en’ humanisation, et, À humaniser,
J C : « suscitée, et,
res’- suscitée »,

* Notre – Dame’ de Paris, La cathédrale, La capitale,
No
tre Vieille Dame de L’île, de La Cité,
Au patrimoi
ne mondial de L’humanité, femmes’ hommes’ enfants’, en peuple, humanité, une’ union, communion,

* Notre – Dame, comme’- union, « point zéro » _ infini,
« cadastrale »’ _ cathédrale, du peu
ple uni,
en
sousFrance’, en puissance’, et puissens’, de ce cœur,
sacré, de
Paris, en feu, comme’- union, en chœur,

« catholique » _ L’ « universel »,
« communis
te » _ « mis’ en commun, unisverscelle »,
de La terre, No
tre – Dame, de Paris, pierres’ Vivantes,
pou
tres’ Ancestrales, Atteintes, éteintes _ qui nous hantent,
intime’- universelle, sidération, Astrale,
corps Astral, cathédrale, cœur Astral,
des’- astrales, cathédrale,

* « outragée, brisée, martyrisée »,
C D G, Notre – Dame, ravagée, défigurée, ruinée, mais sauvée, sauve’- gardée, ____ __/ 2

* « Fenice » re – naissant de ses cendres _ « Cassandre », « suscitée, et, res’- suscitée », restaurée, rénovée,
de finitu
de – mort en finalité – Vie,
Élan, EnVol, Et – sort, Vivan
te Pierre’ En – Vie,
Le monde’ en pleurs, humaine’ Ampleur, « u
ne croix rouge – sang, Au cœur de La Cité,
L’
île de La Cité, sa « cathédralité »,
« Ave Maria », gratia plena, no
trere _
La charpen
te de chêne’, Au pied d’Argile’, en terre,

* Notre – Dame’ est debout, ses’ entrailles’ À terre,
« Mystè
res de Paris », Notre – Dame _ MissTerre,
La charpente – toiture’, en croix, carbonisée, La croisée du transept’, et, La flèche brisées, Notre – Dame’, embrasée, Marie, martyrisée, La foi, L’espérance’, et, La solidarité,
sau
veront ce joyau, de notre’ humanité,

* Notre – Dame de Paris, de Victor Hugo,
Esméralda, Quasimodo, Notre – Dame’- Vertigo,
en
tre La destruction, et La Résurrection, semaine sainte, pascale, Le cœur de Notre – Dame, Le chœur de Notre – Dame,
qui sai
gne _ temps pascal,
qui saigne, plain
te pascale,
gargoui
lles _ chimères’ _ Autre stryge cornue,
« qui toi
se de La tour nord La Ville’ et ses Vices », Aujourd’hui mis’ À nu,
par L’enfer’ des sévices,

* « Le Vaisseau, La nef, qui nous porte tous’, [ ensemble, ]
sur Le flot du temps’ [ ... ] Athées’, ou, croyants »’, ensemble,
Jean-Luc’ Mélenchon,

* « Fluctuat’ nec’ mergitur », îlienne’ « imprimatur », Les compagnons’, Ailés maçons,
de tous Les temps, Aux radicales’ Ailes, de La « Te
rre – Patrie »,
Edgar Morin, Elle, notre sorore fratrie,
Au diapason, À L’unisson, L’humanité,
fe
mmes’ hommes’ enfants, de L’humaine Cité, L’île de La Cité, refuge’- humanité,

* La Vieille Dame Digne _
d’un jeune’ enfant de notre’ humanité digne,
No
tre – Dame, notre’ Histoire,
no
tre miroir, brisé, brisure de L’Histoire,
tristesse, détresse, tendresse, nous’ étrei
gnent’ _ oppressent, Architecture, peinture, sculpture, Notre – Dame _ notre structure, ____ ____ __/ 3

* « Tous Les’ yeux s’étaient Levés Vers Le haut de L’église. Ce qu’ils Voyaient’ était’ ____
extraordinaire. Sur Le sommet de La ga
lerie,
La plus é
levée, plus haut que La rosace centrale, il y Avait’
u
ne grande flamme, qui montait’
en
tre Les deux clochers, Avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme
désordonnée, et furieuse, dont Le Vent’ emportait,
par moments’, un Lambeau, dans La fumée »,
Victor Hugo,
Alter’ Hugo,

* Notre – Dame _ L’âme grandie, L’âme’ élargie,
spirituelle, transcendanta
le _ L’âme’- agit,
La cathédrale’ de poésie,

* Notre – Dame _ La Poésie, La Communauté – Cathédrale,
« suscité,
res’- suscité », Graal,
désas
tre _ des’ astres, Au chevet, de Notre – Dame, de Paris, nous’,
et, « Quel
que part dans L’inachevé », Lien, qui noue,
qui nous Lie, nourrit, noue,
No
tre – Dame _ nous – noue,
peu
ple de bâtisseurs, compagnons, frères – sœurs,
en’ union, communion,
comme’- union _ frères – sœurs,

___* NotreDame, Requiem’, ____
_
neuf centième, ____
re
gistre,
pour un sinistre, * _Si No
tre – Dame de Paris m’était contée …
__huit cent cinquante’ six’ Ans comptés ____

* « S’ils se taisent _ Les pierres’ crieront ! », de Notre – Dame _
Victor Hugo, Le poète _ prophète _ symbole _ parabole, Parole ! Notre – Dame,
No
tre – Dame’ de Paris, Alter’ Hugo … Macron !,
c’est fait … on n’A pas ri,

* marquées par Lui de sa « griffe’ de Lion », Michelet,
c’est fait … Les pie
rres’ ont crié ! Elles’ ont parlé ! ____Et, d’Amont en’ Aval,

* « Notre – Dame’ est bien Vieille’ : on La Verra, peut’- être’
Enterrer,
cependant, Paris, qu’elle’ A Vu naître », ____Odelettes, de Nerval,

* « Fluctuat’ nec’ mergitur’ », devise’ de Paris,
« pas d’La Littérature’ », on n’A toujours pas ri …
____ ____ ____ __/ 4

* « Cent sept’ Ans, ____
pour La construi
re _ d’où L’expression « Attendre cent sept’ Ans » … »

* « fracigenum’ opus’ :
L’Art français », Le corpus’,

* « [ Notre - Dame’ de Paris ] « point zéro » des routes de France » _
révérence’,
« Le cœur battant de L’Histoire’ de
France »,
référence,

* mythe’ et réalité, Histoire’, et Le temps’ et L’esprit, Histoire’, et nature’ et culture, Histoire, La Légende _ L’Histoire’, Architecture, Littérature,
« La cathédrale’ est La synthè
se _ du pays »,
Auguste Rodin A – mis … Les points sur Les « i »,

* « Nous’ Avons brûlé deux fois, mais, deux fois, nous sommes’ ressuscités
de nos cen
dres _ plus forts. Nous sommes’ À Vos côtés,
Les’ Amis, donc’ n’Ayez pas peur ! » La Feni
ce _
Venise, Le « phénix’ », en français,

* Notre – Dame _ « martyre » _
qui, sur
huit cent cinquante six’ Ans, s’étire,

* « des siècles d’Histoire, qui ne nous contemplent plus … » Notre – Dame’ de Paris,
La cathédrale’, où L’évê
que siège, sur sa chaise, La « cathèdre », À Marie,

* La poésie de La beauté sauve Le monde’,
Aux Vibrations’, Aux’ ondes,
de No
tre – Dame _ Poésie, La, Vraie, beauté,
gravée dans Le mar
bre _ spiritualité,
de La charpente’, en croix, horizontalité,
de No
tre – Dame, Histoire _ Verticalité,
transcendan
ce _ Fraternité _ Sororité, en dentelles de pierres _
qui nous font baisser, méditant, Les paupières,
sur La Liberté, L’Égalité, L’Équité, « La mère’ des cathédra
les » _
La plus’ Ancestrale,
source _ Pascal Riché,
L’Obs,
18 Avril 2019, François Reynaert, Josette Alia, André Burguière, Ursula Gauthier,
____ ____ ____ ____ __/ 5

* « suscitée, et, res’- suscitée », ____
No
tre – Dame’ de Paris, et, de L’humanité,
no
tre flamme – femme – d’universalité,
d’âme’, inti
me – cordiale convivialité,

* « À ceux qui croient, À ceux qui ne croient pas », en croix, charpenterie, qui pleure’,
Avant nous, sous son toit, L’ho
mme qui pleure,
« L’ho
mme qui rit », Hugo, c’est toi,
« L’homme’- océan », qui croît …

* « On dirait qu’un de ses’ yeux pleure, que L’Autre rit, et se moque de ses Larmes » _
celui qui croit, qui pleure, celui qui ne croit pas, qui rit, Les deux, qui désarment _
ceux qui regar
dent Notre – Dame’,
et dont Les’ yeux s’enflamment,

* mémoire de pierres _ qui montent Vers Le ciel,
Les Vivan
tes pierres’ _ élancées Vers Le ciel,

* « Nous commençons par construire des’ édifices _
ce sont’ eux qui nous construi
sent’ ensuite » _ Winston’ Churchill, « ces’ édifices _
que nous sommes’, en somme, c’est’ u
ne partie de nous qui s’effondre’,
À nous d’y correspondre’, et, de nous’ y confondre’,
et, À nous d’y répondre’,
et puis, de nous’ y fondre,

* « Restaurer’ un’ édifice, ce n’est pas L’entretenir,
Le réparer’, ou, Le
refaire, c’est Le rétablir,
dans’ un’ état complet, qui peut n’Avoir jamais’ existé, À un moment donné »,
Luc’ Chatelier, L’édifice re – naît,
Télérama, La Cathédrale _ que Viollet – Le – Duc Aima, et, réhabilita _
La flè
che _ « Le gotha »,

* La flèche qui nous tire Vers Le haut, élève _ notre’ esprit,
El
le nous’ A compris,
« Quel
que part dans L’ inachevé », V J, Le peuple’, À ton chevet, À L’épreuve du temps,
La Viei
lle Dame Digne, Dame de notre temps,
qui dans L’épreu
ve _ fait ses preuves, La flèche’ immortelle _ pointée Vers Les’ étoiles,
et nous, jus
que dans notre Linseul, dans Les toiles, ____ ____ ____ ____ ____ __/ 6

* immémoriale _ cordiale _ ____
convivia
le _ cathédrale _

* « Chaque flot du temps
superpo
se son’ Alluvion, chaque [ race ] dépose sa couche sur Le monument,
chaque’ individu Apporte sa pierre »,
Victor Hugo, Alter’ Hugo, La Grande Dame’- étai … de nos fragilités,

* « La beauté, et, La Vérité humaine »,
présence’- proximité maternel
le _ qui nous mène _

François Cheng’, et de Notre – Dame _ commune _

* « Je ne bâtis que pierres Vives _ ce sont’ hommes »,
Rabelais, de « notre cathédrale commune » _
Jean-Luc’ Mélenchon, « pierres Vives » des’ hommes,

* Alejandro Jodorowsky : « C’est’ un Vaisseau spatial.
U
ne technologie Astronomique, créée pour mesurer La puissance de La Lumière’
et de L’ombre. U
ne machine’ Architecturale,
conçue pour s’envoler’ et emporter nos’ Â
mes’ et nos rêves’ Au-delà de La Terre »,

* « [ comme’- une _ cathédrale _ taillée dans Le temps’ ] »,
« [ émergée de La gangue des siècles _ Le temps ] », une flèche du temps,
« un « paratonne
rre _ spirituel », du temps,
fait de pie
rres _ bois _ plomb _ Verre’, un’ énorme bloc’ de temps,
travaillé en « forêt », ci
selé en rosaces, fignolé en gargouilles. Regarder Notre – Dame … m’A toujours donné La sensation de, Littéralement, Voir Le temps’,
un’ espa
ce – temps,
plus grand que nos Vies, fait de nos Vies,
pourtemps hors temps _ de Notre – Dame’,

et, Au contraire de ce qu’on pourrait’ imaginer, ce n’était, jamais,
sour
ce d’Angoisse. Plutôt Le sentiment d’une permanence’, où, sans Le poids de L’éternité, et, sans L’Aide’ obligée d’un dieu, La fragilité,
humaine, puisait de La force’ et du sens’, comme’ el
le Le fait
dans L’Art, dans La Littérature’.

[ Antoine’ Blondin : « Tout Le reste n’est que Litre’- et - rature » ]. ____ ____ ____ ____ ____ ____ __/ 7

Ainsi La chose que j’Ai Vu disparaître ____
dans Les fla
mmes _ Lundi 15’ Avril 2019, comme je L’Avais Vue, si souvent’, Apparaître’, Au bout de La rue, c’est La beauté.
C’est ça que j’Ai perdu _ que j’Ai cru per
dre _ La beauté.
[ ... ]
il faut garder’ une place pour La beauté. [ Vie - Vent ...
de Notre - Dame ]

[ ... ] Elle nous’ Aide’ À Vivre, nous’ étreint, du sentiment d’être Vivant,
d’Appar
tenir À La communauté sensible. C’est’ elle’, La religion de Notre – Dame’ :
el
le nous reLie, bien, Au-delà des frontières’ _ et des’ identités. La beauté
perdue nous manque, nous réduit, nous prive.

Sa présence’, [ entre deux rives ],
nous rend plus’ humains, el
le bâtit’, en nous,
ce qui nous tient
debout,
no
tre cathédrale’ intérieure. » Camille Laurens,
Libération,
20 – 21 – 22’ Avril 2019, dans Le temps, Le courant …

* « des cloches _ qui rendent’ heureux Quasimodo.» « il Les’ Avait toutes’ en tendresse’ »,
écrit
Victor Hugo, « ses mots sont miens, j’Ai toujours’ eu Notre – Dame’ en tendresse. »

* Notre – Dame’ de Paris,
histori
que pari,
Ma
nne des mânes,
tendresse,
pour nos bâtisseurs de cathédra
les _ héros,
bref …

* « Cœur du cœur de Paris,
elle’ An
cre ses fondations sur L’île de La Cité, qui est Le berceau de Lutèce’,
et, de notre’ Histoire’, et mar
que _ symboliquement _ Le kilomètre zéro,
des rou
tes de France. Même si, Aujourd’hui, elle trône, hiératique’,
et, solitaire, sur son parvis,
dégagé, par Les soins, hygiénistes, et, radicaux, du
baron Haussmann,
el
le garde _ dans Les dentelles de ses sculptures, et, La pénombre de sa nef _
Les tra
ces d’un Moyen’ Âge grouillant, mystique’, ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ __/ 8

et, populaire, mais drôlement savant’, Aussi, ____
pour Avoir su édifier, Voilà plus de
huit cents’ Ans, une construction Aussi
Audacieuse ! », … parieuse, par L’ historie
nne bouche’,
isabelle Bekouche,

* La cathédrale des poètes _ prophètes _ Visionnaires’ _
et co
mme révolutionnaires,
Aux radica
les’ Ailes,
LeVent _ La réalité _ Levant Le réel,
de
La Commune _
Cathédra
le Commune _

de La Libération, une’ édification, « Ah ! Ça ira … »
qu’est-ce’ qui ira ?

* comme’- une Parabole _ Ta Parole’ en’ Acte _
comme’- un’ Artéfact’, et, comme’- un _ pacte’_ un – tact’,

* comme’- union, trait d’union, tes filles’ et tes fils’,
À
856’ Ans, que L’on re – tisse _ ma pierre’ À L’édifice, ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ _856


Germinal, __serviteur, Avocat,
Cathédrale, _Gilles Roca

Notre Dame I

0 comments

Posted on 19th mai 2019 by Gunter in Textes

Bâtima – Christi, Lacryma – Christi, bâtie, ____
Âme’- outil … de Notre – Dame’… outil, rebâtie, ___À Mutti,

* Notre – Dame’ de Paris, Notre – Dame’ de L’Esprit, incarné, de Marie, maintenant’ et ici, sans Laisse … nous Laisse’-pris’ Aux mailles du filet, qui naît, mais non, mais non … mais si !

* Notre – Dame des flammes, Notre – Dame des’ Âmes,
« fidèle’
rebelle » flamme, « belle’ et rebelle » flamme,

* Notre – Dame du peuple _ des peuples du monde, Citoyenne du monde,
Toi, Viei
lle Dame Digne des peuples du monde,

* « Notre – Dame des Larmes » _ de Victor Hugo,
« L’homme qui rit’ » Aux Larmes _ mon’ Alter’ Hugo,

* Larmes d’humanité, Larmes d’une’ Amitié, Notre – Dame _ beauté,
qui pa
ye Les cloisons … de sa choralité,
Lar
mes du Lien, d’Amour, « Lien d’Amour d’Amitié »,

* Larmes’ Au chœur des pierres, Notre – Dame des pierres,
Lar
mes’ Au cœur des pierres _ du chemin de Pierre,

* Chemin de La Passion, C’est’ ici Le chemin, de La crucifixion,
La Pâ
que _ Le Passage’, À La Résurrection, À La Libération, de L’humanisation,

* Notre – Dame Cassandre,
« Feni
ce » _ renaissant, de ses funestes cendres _

* de mauvaise’ Augure _ qui La défigure(nt), À toute L’envergure’,
À tou
te L’Amplitude’, de La béatitude _ qui La transfigure,
Pierres Vivantes, En-Vie, Mystères de Marie, et, sur La croix, i n r i … « L’homme qui rit »,
« suscitées’, et,
res’- suscitées, pierres de Vie, « Mystères de Paris »,
« Fluctuat’ nec’ mergitur’ », notre’ imprimatur’, notre Littérature _
notre’ Architecture, No
tre – Dame _ sculpture, Notre – Dame _ structure,

* « S’ils se taisent _ Les pierres’ crieront », de Notre – Dame,
symbo
le _ parabole, Parole’ de Notre – Dame !, « La Légende des siècles »,
Histoi
re _ Notre – Dame’, « [ émergée de La gangue des siècles _
du temps ] », taillée dans Le temps, La flè
che du temps, faite de nos Vies, Notre – Dame,

* du berceau de Lutèce’ Au tombeau de Paris, des fées penchées sur son berceau,
À sa sortie _ Vivan
te _ du tombeau,

* Elle _de La Cité, Notre – Dame’de Paris, comme’-union, trait d’union, tes filles’ et tes fils’,
et, À
856’ Ans, que L’on retisse’, et, sous d’heureux’ Auspices, ma pierre’ À L’édifice,____
_
Floréal 2019’, Gilles Roca

Demain, les robots ?

0 comments

Posted on 28th octobre 2018 by Gunter in Textes

DEMAIN, LES ROBOTS ?

Au départ la fabrication des robots servait à des fins pratiques (construire des voitures, par exemple) ou servait à des fins de connaissance (explorer la lune ou les océans…). Ces robots n’avaient pas de forme humaine. Puis vint l’idée fascinante de pouvoir fabriquer des êtres vivants et mieux encore des êtres humains et, tant qu’à faire, de type plutôt esthétique ! D’où l’innovation de créer des robots humanoïdes dans les entreprises pour libérer les ouvriers des tâches répétitives et épuisantes, ou pour venir en aide aux personnes âgées et aux handicapés tout en leur tenant compagnie. Donc progrès technique.

L’ère du numérique et des humanoîdes est arrivée. Les entreprises de demain devront faire cohabiter hommes et machines. Humains et robots devront alors développer des « relations harmonieuses ».

Il existe déjà un robot nommé « Nextage » qui est le premier à travailler aussi étroitement aux côtés de l’homme. Il travaille comme 3 employés. Travailleur irréprochable de jour comme de nuit, il assemble et emballe, sans fatigue, ni stress.
« Quels sont les avantages de ce robot par rapport à un ouvrier ?
A l’évidence, un robot n’oublie rien, ne fait pas d’erreurs, n’est jamais fatigué, ne trouve jamais rien de fastidieux… Du coup, la qualité de nos produits est irréprochable car il n’y a pas d’erreurs d’assemblage.
Les robots sont-ils adaptés pour travailler avec des humains ?
D’ordinaire, autour d’un robot industriel, il faut mettre une barrière de protection car il bouge très vite, et un accident est toujours possible. Avec les robots Nextage, ce n’est pas nécessaire. Ils sont sûrs. Si un ouvrier humain le touche par hasard, ses bras s’arrêtent de travailler et ses mains deviennent “toutes molles”.
Qu’en pensent les ouvriers ?
Ils considèrent les robots comme des collègues. Vous savez que le matin les ouvriers japonais font des exercices physiques d’échauffement dans les usines. Dans notre usine de Saitama, les robots les font avec eux. » (Paris-Match 24.11.2013)
Mais le « hic » de cette histoire, c’est l’arrivée du « cyborg », personnage intelligent (de science-fiction !) qui a reçu des greffes de parties mécaniques ou électroniques ; arrivée prophétisée par des futurologues comme étant l’avenir d’une espèce surpassant les humains actuels. Pour certains, dont Laurent Alexandre, l’espèce humaine va devenir immortelle : « Grâce au développement exponentiel des nanosciences, biologie, informatique et sciences cognitives (NBIC), une biorévolution est en marche. Pour commencer, le séquençage de l’ADN, qui se généralisera et se démocratisera, va bientôt permettre à chacun de connaître ses forces et faiblesses génétiques et par conséquent à œuvrer au recul de sa mortalité… Et la thérapie génique va accentuer le mouvement. Mieux ciblées, les maladies seront évitées, circonscrites voire torpillées, le vieillissement court-circuité… si bien que l’éternité-même, le graal des graals est envisageable. Bref : la mort, un jour, aura vécu. ». (Gène homme, par Sabrina Champenois. 21 mai 2013)
Nous sommes entrés dans une réelle mutation. Mais quelle est-elle vraiment ? Nous vivons là une crise au sens étymologique du terme grec : krisis signifiant décision. Si Mai 1968 fut la convergence de deux désirs : changer le monde et changer la vie, qu’en ressort-il depuis ces 50 dernières années ? Deux options opposées ; l’une prétend répondre au besoin d’humaniser la machine et de robotiser l’homme, ; l’autre repose sur quelques principes de base : « pouvoir décider librement de ses actes, ne pas regarder la personne comme un objet marchand, ne pas être réduit à un corps-machine fragmentable et réagissant à des signaux » (Humain, transhumain. Revue « Approches », n°173/Mars 2018, p.22) « Distinguer entre un transhumanisme à finalité réparatrice et un second à finalité augmentative (p.9)… En 2016, Laurent Alexandre prédisait un effacement des frontières entre l’homme réparé et l’homme augmenté (p.10)… Il s’agit de jouer avec l’espèce sans limites d’âge. D’attendre avec ravissement l’imprévu qui jaillira des recombinaisons spontanées des hybridations entre elles (p.31)… Aujourd’hui, règne l’aspiration aux hybrides, au cyborg, au transgenre. L’humanité n’a pas fini de faire du neuf (p.36). François Jacob constatait qu’on n’ interroge plus la vie dans les laboratoires, mais qu’on s’intéresse aux algorithmes… Stanislas Dehaene n’hésitait pas à dire : « Je crois vraiment qu’on est en train de remplacer la philosophie par des études expérimentales. C’est le travail du scientifique de remplacer une réflexion philosophique par de l’expérimentation » (p.40). Nous sommes prisonniers de l’idéologie scientifique, mais les transhumanistes, eux, la considèrent comme une bénédiction puisqu’elle permettrait l’avènement d’un nouvel homme (p.42)… Pour faire comprendre ce que serait une vie immortelle, Kurzweil imagine une immersion dans une ‘réalité virtuelle’, d’où l’on pourrait entrer et sortir à notre gré. On ferait, alors, l’expérience concrète de l’utopie transhumaine (p.44). Etrange est le titre du livre de Laurent Alexandre : « La mort de la mort et sous-titré : comment la technomédecine va bouleverser l’humanité ». Je me pose la question : Comment une mort peut-elle être tuée, puisqu’elle est morte ? (p.45)
L’aspiration à l’immortalité est-elle pour autant absurde ?
Le terme « immortalité » n’est pas un concept inventé pour conjurer la mort, mais une réalité à expérimenter confirmant son existence inscrite en nous. Voyons de plus près ce qu’en disent M. de Hennezel et de B. Vergely dans leur ouvrage : « Une vie pour se mettre au monde », éd. Livre de Poche 2011) :
« La vie est au fond, un long et passionnant éveil, une mise au monde permanente de nous-mêmes… On naît et on fait naître successivement l’enfant, l’adolescent, l’adulte, l’homme ou la femme mûrs, puis le ou la sage en nous… (p.7)

Une vie pleinement vécue jusqu’à son terme, travaillée, mûrie, ciselée par les pertes et les lâchers-prise, traversée du souffle de la vie intérieure, est comparable à une œuvre d’art. Dans l’élaboration de cette œuvre, tout compte, la fin comme le commencement. Et chaque étape nous invite à mûrir encore, à descendre dans les profondeurs de notre être, et à devenir de plus en plus conscients…

Plus on réalise tôt que la vie même est une œuvre, mieux on vit la mutation de l’âge. Et plus on a de chances de vivre une expérience heureuse en vieillissant. Car l’idée même d’une œuvre à accomplir maintient éternellement jeune… (p.9)

Ce que mûrir veut dire

L’homme est fait pour vivre et avoir un devenir de vie. Il faut sans cesse le rappeler, notamment lors de la vieillesse. Elle n’est pas un déclin, mais un accomplissement. Il est beau d’aller au bout d’une vie. Il faut aller au bout d’une vie. Une vie se termine, comme une œuvre se termine. Ce n’est pas rien que de vieillir. C’est une œuvre… (p.64)

Mûrir s’apprend. C’est un état d’âme et pas simplement un état du corps… (p.66)

On s’interroge sur le sens de la vie. On se plaint de ne pas le trouver. Et pour cause. On s’y prend mal… Il suffit d’ouvrir les yeux. Le sens est là, devant nous. Nous sommes même dedans. Naître, grandir, puis un jour vieillir et quitter le monde afin de laisser la place à d’autres pour qu’ils continuent l’œuvre de propagation de la vie dans l’univers. Voilà le sens. Le sens de la vie est dans la vie même sous tous ses aspects. A nous de vivre en naissant, en grandissant, puis en nous détachant du monde. A nous de transformer le sens de la vie donné en un sens construit. A nous de vivre ce que la vie nous offre. Elle nous offre de devenir. Devenons. Devenons ce que nous sommes, à savoir des vivants.

C’est ce que veut dire le terme « accepter » qui est l’accomplissement du mûrissement. On pense qu’accepter consiste à se résigner. C’est une erreur. Qui accepte dit « oui à la vie » parce qu’il le veut. Qui se résigne dit oui à la vie, malgré lui, en ne cessant pas de la refuser… (p.67)

Quand une personne apprend que le temps de la fin a sonné, elle passe par 4 phases : le déni, la révolte, le désespoir et l’acceptation… On fait ce que l’on n’a souvent jamais fait au cours de sa vie. On se sert de soi et de la vie par le fait de vivre de l’intérieur. Cette découverte est si importante qu’elle donne beaucoup de sérénité à ceux et celles qui la vivent… Au point qu’on voit nombre de personnes sereines remonter le moral de leur famille… A quoi ont-elles dit oui ? A la mort ? Non. Elles ont dit oui à elles-mêmes. Ce oui à soi suffit à changer la face de la mort en faisant apercevoir que la « fin de la vie » n’est pas l’ « arrêt de la vie. »… (p.68)

Les jeunes gens sont portés par la vie. Les vieillards portent la vie. Ils la portent en disant oui à ce qu’ils sont, malgré l’âge, les épreuves, les difficultés. C’est ce qui leur donne de la lumière…
Ce oui adressé à soi-même va loin, puisque c’est lui que l’on retrouve au cœur du mystère de la souffrance. On l’oublie toujours : souffrir a deux sens. Souffrir veut dire subir. Souffrir veut dire supporter. On subit quand on est esclave de la douleur physique, morale ou spirituelle. On supporte quand on est assez fort pour ne pas être esclave de ces douleurs. Dans toute expérience de douleur, il y a un moment crucial. Il s’agit du moment où la question d’Hamlet surgit : être ou ne pas être ? Supporter ou abandonner la lutte et subir en tombant en dépression ? Vivre ou se suicider ?…
Inutile de rajouter de la douleur à la douleur en refusant d’être, de lutter et de vivre… Quand on choisit cette voie, on fait des merveilles. Qui adhère à la vie voit la vie adhérer à lui en retour. Il est alors porté par elle… (p.69)

Nous avons autour de nous de nombreux exemples de vieillesses sereines. Elles le sont parce qu’elles vivent dans la maturité de ce qui leur arrive. Elles ne se perdent pas dans de vains combats. Elles n’essaient pas de lutter contre le temps en essayant de jouer à être jeunes. Elles vivent le présent comme un « présent » et non comme une « offense » qui leur est faite. Résultat : elles sont mieux que jeunes. Elles sont vivantes…
Tout être humain a reçu la vie. Un jour vient le temps de la transmettre à son tour à d’autres en la redonnant… (p.70)

La vie ne cesse de renaître à travers des mues successives. Nous ne cessons de pratiquer des deuils et des naissances. Le bébé qui quitte le ventre de sa mère fait le deuil de la protection maternelle, mais il gagne l’enfance. L’enfant qui quitte l’enfance et son insouciance perd l’enfance mais gagne l’adolescence. L’adolescent qui perd son adolescence avec son élan impétueux perd son adolescence, mais il gagne la force de l’adulte. L’adulte qui perd la force d’adulte perd son état d’adulte, mais il gagne la vieillesse et son repos. Le vieillard qui meurt perd la vie, mais il est délivré de tout. Il gagne la délivrance. Délivré de tout, il n’est rien. Mais rien, il est Tout. Il est dans la vie universelle. (p.71)

Personnellement, je pense que le vieillard qui meurt ne perd pas la vie, mais quitte sa dépouille, cède son enveloppe physique à la Terre (d’où le mot décède) et la face cachée de la vraie VIE se révèle enfin à lui. Autrement dit, il gagne en conscience puisque sa conscience d’être persiste.

L’acceptation de la mort diffère de l’acceptation de la souffrance. Elle ne nous plonge pas dans la vie, mais dans le mystère de la vie. Le mystère n’est pas quelque chose que l’on cache, mais la face cachée des choses. Ainsi la mort est quelque chose de vivant, malgré les apparences. » (p.71)

Lors de notre pérégrination terrestre, lorsqu’on arrive au faîte de cette ascension, nous pouvons voir ce qu’est la Vie dans son ultime réalité. Elle nous dévoile ce qu’elle est véritablement. C’est une bouffée d’oxygène qui parcourt notre être tout entier (Esprit, âme, corps) dénouant tous les nœuds formés éventuellement par une pensée déviante qui a mal utilisé cet élan vital, cette sève montante qui anime notre être, que chacun possède sans exception. C’est donc une expérience vivante que chacun peut exercer, à condition qu’il le veuille ! Les aléas de la vie sont de multiples occasions pour la florescence de notre esprit.

Un pédiatre a dit à propos de l’enfant en devenir: « Le bourgeon est-il une fleur « en puissance », la fleur n’étant rien d’autre que le déploiement ou la réalisation du bourgeon, en ce qu’elle est déjà « présente » d’une certaine façon en lui ? »

Cette métaphore poétique exprime bien le processus dynamique de cet élan vital qui se manifeste à travers les différentes étapes de la métamorphose humaine inscrite dans l’être humain, c’est-à-dire de l’embryogenèse jusqu’à son déclin qui n’est autre qu’un passage vers la conscience ultime de ce qu’est la VIE, soit : ‘immortelle‘ dans son activité). Elle est avec ou sans nous selon notre optique. Mais quelle est donc l’origine de la VIE en général ? Mystère. Contentons-nous seulement de reconnaître celle-ci et de la respecter. 

Chez l’être humain, cette étincelle d’esprit, cette étincelle de volonté, ce bourgeon endormi, au départ inconscient, qui se développe et se déploie en une fleur de vie qui prend conscience d’elle-même et qui participe à l’évolution générale en interdépendance avec tout ce qui existe n’est-elle pas la preuve d’une prodigieuse liberté au service de la créativité et de la joie ? A-t-on besoin d’être numérisé pour l’éprouver ?

Alors, création de la Vie à partir de la matière, ou matière animée par la VIE ? Nous en percevons ses multiples formes à travers son perpétuel mouvement. Honorons la par notre manière d’être en toute simplicité.

L’homme futur, ce nouvel homme, cet homme-esprit, sera non le cyborg annoncé, mais un être humain ayant fait un travail sur lui-même et par lui-même pour se réaliser sans puce électronique dans son corps. Et je terminerai cette réflexion d’Epicure indiquée sur l’invitation à la soirée philo d’Ivry le 24.10.2018 :

« Quand on est jeune, il ne faut pas hésiter à philosopher et quand on est vieux, on ne doit pas se lasser de la philosophie, car personne n’est trop jeune ni trop vieux pour prendre soin de son âme » (Epicure). Ainsi se clôt une boucle. La fin rejoint le commencement, mais en spirale continue vers le haut. On n’a jamais fini d’apprendre et de s’émerveiller..

(Marie-Noëlle Douin)

Aznavour, codicille

0 comments

Posted on 16th octobre 2018 by Gunter in Textes

Codicille _ dit’- il, À son testament, test’- Aimant, Charles’ Aznavour – Étoile,
notre’ Accès – cible’ étoile,
des’ Années « Laryngite », ses’ Années « introït’», Vers « son’ Art, consommé »,
de « rime – Vérité », de « force – Volonté », de L’essai … transformé,
de rajeunissement’, Aux radicales’ Ailes _
de, dorénavant, Sa jeunesse’, éternelle,
« c’est Le public’ qui A raison », et Le talent, Au diapason, dans L’ombre d’ Édith’ Piaf’,
ses débuts’, où il piaffe,
d’impatience – préscience,
« [ J’Ai horreur du Lieu commun, je cherche plutôt La tournure, poétique _
d’interprétation, qui fera sortir Le texte de L’ordinaire. J’écris toutes mes chansons,
comme’ on’ écrit pour un comédien. J’ai toujours La scène’ en tête _ poétique d’interprétation. Mes’ Auteurs préférés ne sont pas des’ Auteurs de chansons,
ce sont Molière’ et Sacha Guitry ] »,
Mots – lierre … qu’on pétrit …
« Charles _ c’est’ un Langage’ un peu macho »,
Analysera plus tard Juliette Gréco.
« C’est’ un Vrai Langage d’homme _
de ces’ hommes _
qui épousent des femmes _ qui ont des’ enfants. Ce n’est pas’ un Langage _
de dingue, comme Ferré, Brel, ou, Brassens’.
Peut’- être que Charles A un côté plus normal. » Langage
mâle, mon prince,
« Doublement galvanisé par L’Amour, des’ uns’,
et, Le mépris, des’ Autres »,
« il Avait du talent, bien sûr, [ des’ uns ],
mais’, Aussi, un’ incroyable flair, un formidable culot, [ des’ Autres ]. »
« Comme je sais
que Vous’ Allez me rappeler, ce n’est pas La peine que je sorte dans Les coulisses
pour revenir … Je Vais donc’ Vous faire Les rappels [, Les bis’,]
tout de suite [, et,] qu’on n’en parle plus ! »
Ça A plu …
« Après L’Adolescent Léaud,
des Quatre’ Cents Coups, Truffaut s’est trouvé son premier’ Alter’ ego
Adulte. Car il y A une ressemblance’ évidente. » « Truffaut confie Aimer, chez’ Aznavour,
« sa fidélité, sa Vulnérabilité, sa silhouette’ humble’ et gracieuse,
qui Le fait ressembler’ À saint François d’Assise. » » L’Assise … d’ Aznavour, heureuse, __/_
« il y en’ A qui ont des prix, moi j’Ai fait carrière » _ ____
Voilà bien’ un’ esprit, de belle’ Aventurière, …
d’Après Valérie Lehoux, de Télérama,
notre’ Aznavourama … serviteur, Avocat …
Gilles Roca,
Vendémiaire 2018’,
dans Les chaumières, triviale’- poursuite _ Charles’ Aznavour _
tour …
« Les citations sont’ extraites d’une série _ d’émissions _ réalisée par Monique’ Giroux,
de Radio Canada, en 2004. »
Ainsi tourne La roue …
À débattre’, _ _____ en notre’ ère,
_ G R