Le Phare

1 comment

Posted on 1st août 2012 by Gunter in Dialogues |Textes

Et l’un qui lape sa soupe à l’oignon en dégustant du concept, et l’autre qui s’embrouille quelque peu entre les affres d’une vie personnelle et l’analyse d’un énoncé, et deux qui engagent une joute sur d’incertaines prémisses, et l’une ou l’un qui soigne au micro les effets de sa voix, et l’un qui nous fait part de son malaise théorique à un moment de la disputation, et l’autre qui dénie le statut de « philosophique » à ce qu’il subit depuis une heure, et un autre qui administre le coup de grâce en décrétant dix minutes avant que ne soit close la réunion que le sujet n’a pas été traité, et un autre encore qui se répand en considérations absconses tout en scandant qu’il faut être concret – et sa péroraison à cet instant est plus que jamais hors de la portée de notre fragile entendement ; et cet autre tellement heureux de ses traits d’esprit, voguant dans le plaisir, et qui rit tout seul face à l’auditoire rigoureusement muet ; et celui-là, animateur indispensable du débat, roi incertain d’un matin, dans le bruit du café, et qui s’évertue louablement à dégager la signification de ce qui vient d’être articulé. Bonne chance !

Mais aussi les souffles de complicité avec telle voisine d’un matin, passagère éphémère dans votre vie, ou bien la référence partagée avec un vieux routier de l’institution ; et tout cela au rythme du personnel dévoué apportant le café noir ou blanchi, puis récupérant les tasses vides en belle prestesse malgré les encombrements de la population « philosophique » distribuée dans le territoire assigné.

Mais aussi le joli moment offert par le subtil poète de service.

Mais enfin la manne qui nourrit quand le phare s’allume au bonheur de la phrase entendue qui alerte, suscitant la mise en doute de nos meilleures certitudes.

Dimanche 6 mai 2012

Jean-François BLAVIN, poète, nouvelliste.

Réflexions d’Idriss à propos de son expérience d’animateur au café des Phares.

0 comments

Posted on 28th juin 2012 by Gunter in Dialogues |Tribunes

Retour d’expérience de ma première animation d’un café Philo

Lorsqu’il m’a été proposé d’animer le débat philosophique du 20 mai 2012, je me suis tout d’abord réinterrogé sur la raison d’être et la nature des débats dans un Café Philo.

Ici et là, j’entendais que la philosophie ne devait pas prendre poussière dans les bibliothèques, et n’être que l’apanage d’universitaires ou de quelques élitistes écrivains à la démarche plus sophistique que philosophique.
Le Café Philo est parfois perçu comme un ersatz de thérapie de groupe, et souvent présenté tel le digne héritier des antiques Agoras. Cette culture de l’écoute, de l’échange, de la discussion, de la critique, donne à chacun l’occasion de partager sur le vif, la vision qu’il se fait de l’homme, du monde, de l’univers… Un lieu où par la spontanéité et la diversité des échanges, chacun peut stimuler et affuter son outil de réflexion.
Dans une société dont la masse, entre autres maux, me semble abreuvée de divertissements hypnotiques, victime d’incessants matraquages médiatiques, tellement surinformée qu’elle en devient dramatiquement mésinformée, les questions existentielles n’intéressent plus ou peu. Leur simple évocation provoque au mieux bâillements et railleries, c’est pourquoi, je suis convaincu que le questionnement philosophique, doit être partagé avec le plus grand nombre. Car il se dresse comme l’un des derniers remparts face à l’abrutissement collectif qui s’opère chaque jour sous nos yeux et à nos oreilles.
Par delà les désaccords et les luttes intestines, Le Café Philo demeure et devra rester un espace gratuit favorisant la mise en commun du savoir, ouvert à tous modes de pensées, où l’on peut débattre de tout avec tous. Non pas un lieu d’excellence sectaire et élitiste, mais un lieu d’expression par excellence pour tous les libres penseurs qui, chaque jour, cherchent à s’éveiller un peu plus.

Pour revenir à ma conception de l’animation d’un débat philosophique, elle se résume en une phrase.
‘’L’animateur doit toujours être au service du débat.’’

Je ne pense pas qu’il y ait de modèle idéal d’animation, il est même profitable que chacun y apporte sa touche personnelle. Cependant, outre les règles de bienséance, toute responsabilité nécessite de posséder quelques qualités humaines, comme l’honnêteté, la bienveillance, le respect et bien d’autres encore.
Non exhaustivement, je définirai les prérogatives et la posture à adopter par un animateur de la façon suivante :
Il ne doit pas :
Faire de pro-élitisme, monopoliser la parole, chercher à imposer ses idées, faire preuve d’irrespect envers les interventions des participants, permettre la tenue de propos racistes ou injurieux…
Il doit éviter :
La redondance dans les propos des participants, les altercations entre les participants, la publicité intempestive de certains participants concernant leurs travaux…
A contrario, il doit favoriser :
La diversité et la qualité des interventions, la dynamique du débat, le questionnement et la relance d’un participant si nécessaire, l’élévation du débat…
Impérativement, Il doit gérer :
Le matériel Audio mis à disposition, la distribution équitable des prises de paroles, la modération du temps de paroles, le respect des horaires, l’interaction avec le reste de la clientèle et le personnel du Café des Phares…

De plus, bien que tacitement usité, voici le Modus Operandi qui semble satisfaire le plus grand nombre.

10h30 Les annonces
10h35 Un animateur imposant un sujet, ou un animateur soumettant au vote 2 sujets parmi ceux proposés par les participants.
10h40 Débat
12h05 Lecture du poème de Gilles
12h10 Conclusion de l’animateur et, ou du participant dont le sujet a été choisi

Cette expérience m’amène à montrer plus d’indulgence, d’écoute et de respect envers tous les animateurs et participants. Comme j’ai pu le faire durant le débat du 20 Mai, j’incite le plus grand nombre à prendre la parole, autant que j’incite à accepter la responsabilité d’animer un débat à toute personne se sentant capable ou désirant tenter l’expérience. Si le Café Philo est un lieu de partage, alors tous rôles, toutes tâches doivent être partagés et accessibles à tous.

Idriss SANKHON

Vous souhaitez contribuer à l’essor des débats philo au Café des Phares ?

2 comments

Posted on 19th septembre 2011 by Cremilde in Dialogues |Informations |Tribunes

Coopérez à cela, en entrant dans le blog ci-dessous, en y exprimant vos réfléxions.

http://projetphares.blogspot.com

°°°//°°°

« Jean-Marc LEVY-LEBLOND » …Seul un monde vide peut être intégralement éclairé. Nul être, nulle chose et nulle idée ne peuvent être mis en lumière sans projeter d’ombres

 

 

De la part d’Elke

0 comments

Posted on 22nd juin 2011 by Cremilde in Dialogues

Des obligations familiales m’empêchent  d’être là pour assister à l’émergence du nouveau cadre pour le fonctionnement du café des Phares. Je poursuis à distance l’effervescence suscitée par « l’annonce » du 5 juin. J’espère de pouvoir vous  retrouver bientôt et surtout de pouvoir suivre les débats grâce aux comptes rendus qui se font rare ces temps-ci. J’espère que le silence inhabituel de Carlos ne cache rien de grave. 

Bonne chance Nadia !

Elke

Dialoguons…

4 comments

Posted on 2nd novembre 2010 by Cremilde in Dialogues

Anciens et futurs visiteurs, ici, vous pouvez inscrire vos répliques, vos suggestions, vos souhaits, votre esprit curieux…, que vous soyez érudit ou non.

°°°°//°°°°

Les Choses ne sont pas ce que nous croyons,

nous regardons et nous nous regardons et attribuons un sens/signification à nos regards et pensées.

J’aime à croire que nous donnons utilité au regard (…ne soit que quelques instants durant la tranquillité de nos temps agités) pour se voir, s’apercevoir de la réalité qui nous entoure. Regardant une chaise, automatiquement, nous assumons que cette « chose » est une chaise. Le défi que je propose va dans le sens d’essuyer de notre esprit (pensée, entendement) toutes les préconceptions et jugements pour que, quand nous regardons une chaise, nous puissions voir le monde avec d’autres yeux.

Je lance ce défi parce que je crois que, et avec une autre perspective du monde, nous réussirons à mieux voir autour de nous…