Le débat du 4 novembre 2018 : « Quest-ce qu’une femme aujourd’hui ? », animé par Gunter Gorhan.

2 comments

Posted on 31st octobre 2018 by Gunter in Uncategorized

Demain, les robots ?

0 comments

Posted on 28th octobre 2018 by Gunter in Textes

DEMAIN, LES ROBOTS ?

Au départ la fabrication des robots servait à des fins pratiques (construire des voitures, par exemple) ou servait à des fins de connaissance (explorer la lune ou les océans…). Ces robots n’avaient pas de forme humaine. Puis vint l’idée fascinante de pouvoir fabriquer des êtres vivants et mieux encore des êtres humains et, tant qu’à faire, de type plutôt esthétique ! D’où l’innovation de créer des robots humanoïdes dans les entreprises pour libérer les ouvriers des tâches répétitives et épuisantes, ou pour venir en aide aux personnes âgées et aux handicapés tout en leur tenant compagnie. Donc progrès technique.

L’ère du numérique et des humanoîdes est arrivée. Les entreprises de demain devront faire cohabiter hommes et machines. Humains et robots devront alors développer des « relations harmonieuses ».

Il existe déjà un robot nommé « Nextage » qui est le premier à travailler aussi étroitement aux côtés de l’homme. Il travaille comme 3 employés. Travailleur irréprochable de jour comme de nuit, il assemble et emballe, sans fatigue, ni stress.
« Quels sont les avantages de ce robot par rapport à un ouvrier ?
A l’évidence, un robot n’oublie rien, ne fait pas d’erreurs, n’est jamais fatigué, ne trouve jamais rien de fastidieux… Du coup, la qualité de nos produits est irréprochable car il n’y a pas d’erreurs d’assemblage.
Les robots sont-ils adaptés pour travailler avec des humains ?
D’ordinaire, autour d’un robot industriel, il faut mettre une barrière de protection car il bouge très vite, et un accident est toujours possible. Avec les robots Nextage, ce n’est pas nécessaire. Ils sont sûrs. Si un ouvrier humain le touche par hasard, ses bras s’arrêtent de travailler et ses mains deviennent “toutes molles”.
Qu’en pensent les ouvriers ?
Ils considèrent les robots comme des collègues. Vous savez que le matin les ouvriers japonais font des exercices physiques d’échauffement dans les usines. Dans notre usine de Saitama, les robots les font avec eux. » (Paris-Match 24.11.2013)
Mais le « hic » de cette histoire, c’est l’arrivée du « cyborg », personnage intelligent (de science-fiction !) qui a reçu des greffes de parties mécaniques ou électroniques ; arrivée prophétisée par des futurologues comme étant l’avenir d’une espèce surpassant les humains actuels. Pour certains, dont Laurent Alexandre, l’espèce humaine va devenir immortelle : « Grâce au développement exponentiel des nanosciences, biologie, informatique et sciences cognitives (NBIC), une biorévolution est en marche. Pour commencer, le séquençage de l’ADN, qui se généralisera et se démocratisera, va bientôt permettre à chacun de connaître ses forces et faiblesses génétiques et par conséquent à œuvrer au recul de sa mortalité… Et la thérapie génique va accentuer le mouvement. Mieux ciblées, les maladies seront évitées, circonscrites voire torpillées, le vieillissement court-circuité… si bien que l’éternité-même, le graal des graals est envisageable. Bref : la mort, un jour, aura vécu. ». (Gène homme, par Sabrina Champenois. 21 mai 2013)
Nous sommes entrés dans une réelle mutation. Mais quelle est-elle vraiment ? Nous vivons là une crise au sens étymologique du terme grec : krisis signifiant décision. Si Mai 1968 fut la convergence de deux désirs : changer le monde et changer la vie, qu’en ressort-il depuis ces 50 dernières années ? Deux options opposées ; l’une prétend répondre au besoin d’humaniser la machine et de robotiser l’homme, ; l’autre repose sur quelques principes de base : « pouvoir décider librement de ses actes, ne pas regarder la personne comme un objet marchand, ne pas être réduit à un corps-machine fragmentable et réagissant à des signaux » (Humain, transhumain. Revue « Approches », n°173/Mars 2018, p.22) « Distinguer entre un transhumanisme à finalité réparatrice et un second à finalité augmentative (p.9)… En 2016, Laurent Alexandre prédisait un effacement des frontières entre l’homme réparé et l’homme augmenté (p.10)… Il s’agit de jouer avec l’espèce sans limites d’âge. D’attendre avec ravissement l’imprévu qui jaillira des recombinaisons spontanées des hybridations entre elles (p.31)… Aujourd’hui, règne l’aspiration aux hybrides, au cyborg, au transgenre. L’humanité n’a pas fini de faire du neuf (p.36). François Jacob constatait qu’on n’ interroge plus la vie dans les laboratoires, mais qu’on s’intéresse aux algorithmes… Stanislas Dehaene n’hésitait pas à dire : « Je crois vraiment qu’on est en train de remplacer la philosophie par des études expérimentales. C’est le travail du scientifique de remplacer une réflexion philosophique par de l’expérimentation » (p.40). Nous sommes prisonniers de l’idéologie scientifique, mais les transhumanistes, eux, la considèrent comme une bénédiction puisqu’elle permettrait l’avènement d’un nouvel homme (p.42)… Pour faire comprendre ce que serait une vie immortelle, Kurzweil imagine une immersion dans une ‘réalité virtuelle’, d’où l’on pourrait entrer et sortir à notre gré. On ferait, alors, l’expérience concrète de l’utopie transhumaine (p.44). Etrange est le titre du livre de Laurent Alexandre : « La mort de la mort et sous-titré : comment la technomédecine va bouleverser l’humanité ». Je me pose la question : Comment une mort peut-elle être tuée, puisqu’elle est morte ? (p.45)
L’aspiration à l’immortalité est-elle pour autant absurde ?
Le terme « immortalité » n’est pas un concept inventé pour conjurer la mort, mais une réalité à expérimenter confirmant son existence inscrite en nous. Voyons de plus près ce qu’en disent M. de Hennezel et de B. Vergely dans leur ouvrage : « Une vie pour se mettre au monde », éd. Livre de Poche 2011) :
« La vie est au fond, un long et passionnant éveil, une mise au monde permanente de nous-mêmes… On naît et on fait naître successivement l’enfant, l’adolescent, l’adulte, l’homme ou la femme mûrs, puis le ou la sage en nous… (p.7)

Une vie pleinement vécue jusqu’à son terme, travaillée, mûrie, ciselée par les pertes et les lâchers-prise, traversée du souffle de la vie intérieure, est comparable à une œuvre d’art. Dans l’élaboration de cette œuvre, tout compte, la fin comme le commencement. Et chaque étape nous invite à mûrir encore, à descendre dans les profondeurs de notre être, et à devenir de plus en plus conscients…

Plus on réalise tôt que la vie même est une œuvre, mieux on vit la mutation de l’âge. Et plus on a de chances de vivre une expérience heureuse en vieillissant. Car l’idée même d’une œuvre à accomplir maintient éternellement jeune… (p.9)

Ce que mûrir veut dire

L’homme est fait pour vivre et avoir un devenir de vie. Il faut sans cesse le rappeler, notamment lors de la vieillesse. Elle n’est pas un déclin, mais un accomplissement. Il est beau d’aller au bout d’une vie. Il faut aller au bout d’une vie. Une vie se termine, comme une œuvre se termine. Ce n’est pas rien que de vieillir. C’est une œuvre… (p.64)

Mûrir s’apprend. C’est un état d’âme et pas simplement un état du corps… (p.66)

On s’interroge sur le sens de la vie. On se plaint de ne pas le trouver. Et pour cause. On s’y prend mal… Il suffit d’ouvrir les yeux. Le sens est là, devant nous. Nous sommes même dedans. Naître, grandir, puis un jour vieillir et quitter le monde afin de laisser la place à d’autres pour qu’ils continuent l’œuvre de propagation de la vie dans l’univers. Voilà le sens. Le sens de la vie est dans la vie même sous tous ses aspects. A nous de vivre en naissant, en grandissant, puis en nous détachant du monde. A nous de transformer le sens de la vie donné en un sens construit. A nous de vivre ce que la vie nous offre. Elle nous offre de devenir. Devenons. Devenons ce que nous sommes, à savoir des vivants.

C’est ce que veut dire le terme « accepter » qui est l’accomplissement du mûrissement. On pense qu’accepter consiste à se résigner. C’est une erreur. Qui accepte dit « oui à la vie » parce qu’il le veut. Qui se résigne dit oui à la vie, malgré lui, en ne cessant pas de la refuser… (p.67)

Quand une personne apprend que le temps de la fin a sonné, elle passe par 4 phases : le déni, la révolte, le désespoir et l’acceptation… On fait ce que l’on n’a souvent jamais fait au cours de sa vie. On se sert de soi et de la vie par le fait de vivre de l’intérieur. Cette découverte est si importante qu’elle donne beaucoup de sérénité à ceux et celles qui la vivent… Au point qu’on voit nombre de personnes sereines remonter le moral de leur famille… A quoi ont-elles dit oui ? A la mort ? Non. Elles ont dit oui à elles-mêmes. Ce oui à soi suffit à changer la face de la mort en faisant apercevoir que la « fin de la vie » n’est pas l’ « arrêt de la vie. »… (p.68)

Les jeunes gens sont portés par la vie. Les vieillards portent la vie. Ils la portent en disant oui à ce qu’ils sont, malgré l’âge, les épreuves, les difficultés. C’est ce qui leur donne de la lumière…
Ce oui adressé à soi-même va loin, puisque c’est lui que l’on retrouve au cœur du mystère de la souffrance. On l’oublie toujours : souffrir a deux sens. Souffrir veut dire subir. Souffrir veut dire supporter. On subit quand on est esclave de la douleur physique, morale ou spirituelle. On supporte quand on est assez fort pour ne pas être esclave de ces douleurs. Dans toute expérience de douleur, il y a un moment crucial. Il s’agit du moment où la question d’Hamlet surgit : être ou ne pas être ? Supporter ou abandonner la lutte et subir en tombant en dépression ? Vivre ou se suicider ?…
Inutile de rajouter de la douleur à la douleur en refusant d’être, de lutter et de vivre… Quand on choisit cette voie, on fait des merveilles. Qui adhère à la vie voit la vie adhérer à lui en retour. Il est alors porté par elle… (p.69)

Nous avons autour de nous de nombreux exemples de vieillesses sereines. Elles le sont parce qu’elles vivent dans la maturité de ce qui leur arrive. Elles ne se perdent pas dans de vains combats. Elles n’essaient pas de lutter contre le temps en essayant de jouer à être jeunes. Elles vivent le présent comme un « présent » et non comme une « offense » qui leur est faite. Résultat : elles sont mieux que jeunes. Elles sont vivantes…
Tout être humain a reçu la vie. Un jour vient le temps de la transmettre à son tour à d’autres en la redonnant… (p.70)

La vie ne cesse de renaître à travers des mues successives. Nous ne cessons de pratiquer des deuils et des naissances. Le bébé qui quitte le ventre de sa mère fait le deuil de la protection maternelle, mais il gagne l’enfance. L’enfant qui quitte l’enfance et son insouciance perd l’enfance mais gagne l’adolescence. L’adolescent qui perd son adolescence avec son élan impétueux perd son adolescence, mais il gagne la force de l’adulte. L’adulte qui perd la force d’adulte perd son état d’adulte, mais il gagne la vieillesse et son repos. Le vieillard qui meurt perd la vie, mais il est délivré de tout. Il gagne la délivrance. Délivré de tout, il n’est rien. Mais rien, il est Tout. Il est dans la vie universelle. (p.71)

Personnellement, je pense que le vieillard qui meurt ne perd pas la vie, mais quitte sa dépouille, cède son enveloppe physique à la Terre (d’où le mot décède) et la face cachée de la vraie VIE se révèle enfin à lui. Autrement dit, il gagne en conscience puisque sa conscience d’être persiste.

L’acceptation de la mort diffère de l’acceptation de la souffrance. Elle ne nous plonge pas dans la vie, mais dans le mystère de la vie. Le mystère n’est pas quelque chose que l’on cache, mais la face cachée des choses. Ainsi la mort est quelque chose de vivant, malgré les apparences. » (p.71)

Lors de notre pérégrination terrestre, lorsqu’on arrive au faîte de cette ascension, nous pouvons voir ce qu’est la Vie dans son ultime réalité. Elle nous dévoile ce qu’elle est véritablement. C’est une bouffée d’oxygène qui parcourt notre être tout entier (Esprit, âme, corps) dénouant tous les nœuds formés éventuellement par une pensée déviante qui a mal utilisé cet élan vital, cette sève montante qui anime notre être, que chacun possède sans exception. C’est donc une expérience vivante que chacun peut exercer, à condition qu’il le veuille ! Les aléas de la vie sont de multiples occasions pour la florescence de notre esprit.

Un pédiatre a dit à propos de l’enfant en devenir: « Le bourgeon est-il une fleur « en puissance », la fleur n’étant rien d’autre que le déploiement ou la réalisation du bourgeon, en ce qu’elle est déjà « présente » d’une certaine façon en lui ? »

Cette métaphore poétique exprime bien le processus dynamique de cet élan vital qui se manifeste à travers les différentes étapes de la métamorphose humaine inscrite dans l’être humain, c’est-à-dire de l’embryogenèse jusqu’à son déclin qui n’est autre qu’un passage vers la conscience ultime de ce qu’est la VIE, soit : ‘immortelle‘ dans son activité). Elle est avec ou sans nous selon notre optique. Mais quelle est donc l’origine de la VIE en général ? Mystère. Contentons-nous seulement de reconnaître celle-ci et de la respecter. 

Chez l’être humain, cette étincelle d’esprit, cette étincelle de volonté, ce bourgeon endormi, au départ inconscient, qui se développe et se déploie en une fleur de vie qui prend conscience d’elle-même et qui participe à l’évolution générale en interdépendance avec tout ce qui existe n’est-elle pas la preuve d’une prodigieuse liberté au service de la créativité et de la joie ? A-t-on besoin d’être numérisé pour l’éprouver ?

Alors, création de la Vie à partir de la matière, ou matière animée par la VIE ? Nous en percevons ses multiples formes à travers son perpétuel mouvement. Honorons la par notre manière d’être en toute simplicité.

L’homme futur, ce nouvel homme, cet homme-esprit, sera non le cyborg annoncé, mais un être humain ayant fait un travail sur lui-même et par lui-même pour se réaliser sans puce électronique dans son corps. Et je terminerai cette réflexion d’Epicure indiquée sur l’invitation à la soirée philo d’Ivry le 24.10.2018 :

« Quand on est jeune, il ne faut pas hésiter à philosopher et quand on est vieux, on ne doit pas se lasser de la philosophie, car personne n’est trop jeune ni trop vieux pour prendre soin de son âme » (Epicure). Ainsi se clôt une boucle. La fin rejoint le commencement, mais en spirale continue vers le haut. On n’a jamais fini d’apprendre et de s’émerveiller..

(Marie-Noëlle Douin)

Le débat du 28 octobre 2018 : « Qu’est-ce qu’une question philosophique ? », animé par Eric Zernik.

2 comments

Posted on 24th octobre 2018 by Gunter in Uncategorized

Débat du 21 octobre 2018 : « Qu’est-ce que l’éthique aujourd’hui ? », animé par Claudine Enjalbert.

2 comments

Posted on 22nd octobre 2018 by Carlos in Uncategorized

« Qui vivra, verra » !!!!, et c’est ainsi que le citoyen attentif a pu se rendre compte d’une collision entre deux navires au large du Cap Corse, provoquant une marée noire à Porquerolles et sur les plages d’Antibes, ainsi que de Saint Tropez. Le remaniement ministériel est enfin accompli, Christophe Castaner devenant Ministre de l’Intérieur, un Ministère de la Cohésion des Territoires et des relations avec les Collectivités étant créé. A part ça, les Inondations de l’Aude ont fait 14 victimes, ainsi que de très importants dégâts, l’accord sur le Brexit marque le pas, en raison du statut de l’Irlande et enfin, un accord salarial à Air France a été signé… puis, comble du Tout, le Diesel devient plus cher que l’Essence !!! Dès lors, on va assister à des diversions et spectacles de toute nature, comme écouter le nouvel album posthume de Johnny Hallyday, vendu, déjà, à plus de 300.000 exemplaires !!! Comme si cela ne suffisait pas, on a eu droit à des ‘Jeux immersifs aux Invalides’, ‘Assassin’s Creed’ dévoilant, à l’Hôtel des Invalides, l’attentat contre Napoléon, tandis que ‘Halloween’ va être fêté à la Mairie de Paris, du 5 Octobre au 18 Novembre.

Arrivé le dimanche, 21 septembre, en l’occurrence, le peuple qui se sent attiré par Sophie, s’est adressé au Café des Phares@, afin de cogiter sur la problématique qui lui était proposée, c’est-à-dire : « Qu’est-ce que l’éthique, aujourd’hui ? », au cours d’un débat, animé par Claudine Enjalbert. Aurait-elle changé  d’un jour à l’autre? Vieilli ? Va savoir !!! Le fait est que l’Ethique fût, de tous temps, une façon d’habiter le Monde, la Morale consistant dans un ensemble de Codes, auxquels il est bon de se référer, étant donné qu’il s’agit d’une réflexion sur ces Règles, bien que, de plus en plus, elle repose sur le pouvoir du ‘Fric’ !!!

Du grecque ‘éthikos’= Morale, le terme concerne les principes les règles de conduite fonctionnant comme normes dans une société donnée, ou préceptes, voire conclusions pratiques à tirer d’une histoire ou événement. Celui qui s’y conforme est considéré comme quelqu’un d’honnête, et juste, parfois ‘un héros’, et, par ailleurs, cette faculté désigne quelqu’un qui est à même d’endurer des épreuves assez pénibles à supporter. Celui qui ne respecte rien, est vu de mode suspicieux, associable. Pourquoi aujourd’hui ?Aurait-elle changé avec le temps ? La réponse est ‘non’, le propre de l’Homme étant de se sacrifier, dans des cas individuels, et surtout collectifs, les successives guerres étant des exemples d’héroïsme ou dévouement, dans les deux cas.

Les interventions du public n’ont fait que corroborer ces faits, c’est à dire, se référant à des gens qui se sacrifient pour leur prochain, comme il arrive en Israël, quasi quotidiennement, la Morale étant liée à la Justice, ou évoquant le constant auto-questionnement du peuple Israélite.

Il a été ajouté que Hans Jonas s’est préoccupé de la ‘Justice traditionnelle’, ce qui a, aujourd’hui changé, puis rappelé que Bernard de Monderville fit le rapport entre ces deux types de société, et que, sinon, on observe la décadence partout… les livres, eux, se comptant parmi les meilleurs facteurs de progrès, voire, aussi, que ‘la morale est la puissance des faits’. Le ‘Monothéisme de l’Argent fut également évoqué, puis l’Islam, Hitler, les USA, ainsi que les sociétés de Terroristes et Criminels, voire l’Utilitarisme, et même, ‘les bébés éprouvette’ !!! ou la ‘Société qui produit, et l’Homme qui prévoit’ !!! Les interventions se poursuivirent, avec le ‘Serment d’Hippocrate’, … le ‘Secret de Confidentialité’, les ‘Cartes d’Embarquement’, dans les avions, contenant des informations confidentielles’ !!!!

On trouve Tout, comme à la Samaritaine, bien que nous n’y nous soyons point déplacés, pour ‘faire nos emplettes’.Le soleil, dehors, faisant des appels du pied, Tout le monde prit le chemin de la sortie et, une fois que Gilles a gratifié l’assemblée de son résumé poétique, nous sommes allés le rejoindre !!!

:-) Une femme, blonde, a accouché de deux beaux bébés blonds ! Pourtant, elle pleure, et l’infirmière lui demande la raison !!!

- Voyez vous, Madame, lui répond-elle… je ne sais pas qui est le père du deuxième !!!

Carlos

Débat du 14 octobre 2018, «Faut-il défaire le Monde, ou empêcher qu’il ne se défasse ? », animé par Michel Turrini.

4 comments

Posted on 18th octobre 2018 by Carlos in Uncategorized

En constante évolution, les Sociétés font face aux déconcertants événements qui les surprennent… C’est ainsi qu’un remaniement ministériel annoncé, en France, se fait toujours attendre, et n’aura probablement lieu que dans le courant dans la semaine du 15 au 22 Octobre, ce qui en vérité, étonne assez les citoyens. Par ailleurs, une sérieuse inquiétude se fait jour, dans le monde, face au dérèglement climatique, dont la tendance au réchauffement est à passer la barre des 1,5° d’ici quelques années, et provoquant, pour le moment, des inondations meurtrières à Majorque, et dans le Var tandis qu’un Ouragan fait des lourds ravages en Floride, et que l’été ne veut pas s’achever dans nos contrées. Un mal ne vient jamais seul, alors, un vif souci gagne le monde libre, au sujet d’un journaliste saoudien qui a été, probablement, assassiné dans le consulat de ce pays en Turquie. Arrivé le jour de faire des ‘mamours’ à Sofie, ses amants se sont trouvés au Café des Phares@, à bras avec une étrange alternative : « Faut-il défaire le Monde, ou empêcher qu’il ne se défasse ? », au cours d’un débat, animé par Michel Turrini.

Pour quoi ‘défaire le Monde’ ? Du latin ‘Mundus’, le Monde constitue TOUT ce qui existe, l’Univers, en somme !!! Alors ? Défaire ou Refaire la Dimension du Réel, rendant possibles et intelligibles toutes les transformations, alors qu’à la différence de l’Espace, le Temps est irréversible ? Il comprend, en lui, les dimensions du passé, du présent et du futur. Le Monde, lui, véhicule le même sens que ‘kosmos’, lequel a désigné, d’abord, la parure féminine, puis l’ensemble des corps célestes, parure des cieux !!! Peut-on empêcher qu’il ne se défasse ?

Texte prophétique de la destinée de l’Univers, l’Apocalypse de saint Jean décrit les fléaux et destructions qui illustreront ce tragique moment, le langage commun ayant adopté ce terme pour dénommer telles tragédies.

Étrange alternative !!! Tout déchirer, comme un enfant capricieux, ou, par dépit, y faire obstacle ? En fait, cela peut-il se traduire par Révolution ou Réforme ? Peut-on croire à une crise inévitable ? Sommes-nous sur le Titanic, refusant de voir l’Iceberg ?

Les langues se sont déliées, les uns entendant que ‘Face à la Liberté individuelle, l’Ecologie est une fausse question’, …‘bien que tragique, ajoute quelqu’un d’autre, vue l’imminence du danger’. ‘’Comment trouver le juste milieux, alors qu’Aristote conseille effectivement de ‘défaire le monde, avant qu’il ne se défasse’? ‘Est-ce la honte qui va nous sauver ?’, ‘Honte du ‘sac en cuir’ ?’, ‘honte d’être aisé ?’ ‘Il faudrait passer de la Liberté à la Responsabilité !!!’ ‘Mais, en 30 ans, ce n’est pas facile à faire !!!’ ‘Ce sera, certainement, la Souffrance qui nous fera changer !!!’, ‘Ce débat c’est la recherche de l’articulation entre le global et le local’

Pour terminer, comme habituellement, Gilles nous gratifia de sa vision poétique du DOUTE en QUESTION et, après quelques dernières interventions de pure forme, la salle fut vite évacuée, car il faisait très beau dehors !!!

:-)

Un homme téléphone à sa femme :

- Chérie, je suis invité à une partie de pêche, avec mon chef et quelques camarades, une bonne occasion pour lui demander une augmentation !!! Peut-tu préparer mes affaires de pêche, y ajoutant mon pyjama bleu ?

Au retour, elle lui demande s’il a attrapé beaucoup de poissons !!!

- Oh, oui, répond-il ! Mais, pourquoi n’as-Tu pas mis mon pyjama ?

- Je l’ai fait, dit elle, il était dans ta boîte de pêche !!!

Carlos

Aznavour, codicille

0 comments

Posted on 16th octobre 2018 by Gunter in Textes

Codicille _ dit’- il, À son testament, test’- Aimant, Charles’ Aznavour – Étoile,
notre’ Accès – cible’ étoile,
des’ Années « Laryngite », ses’ Années « introït’», Vers « son’ Art, consommé »,
de « rime – Vérité », de « force – Volonté », de L’essai … transformé,
de rajeunissement’, Aux radicales’ Ailes _
de, dorénavant, Sa jeunesse’, éternelle,
« c’est Le public’ qui A raison », et Le talent, Au diapason, dans L’ombre d’ Édith’ Piaf’,
ses débuts’, où il piaffe,
d’impatience – préscience,
« [ J’Ai horreur du Lieu commun, je cherche plutôt La tournure, poétique _
d’interprétation, qui fera sortir Le texte de L’ordinaire. J’écris toutes mes chansons,
comme’ on’ écrit pour un comédien. J’ai toujours La scène’ en tête _ poétique d’interprétation. Mes’ Auteurs préférés ne sont pas des’ Auteurs de chansons,
ce sont Molière’ et Sacha Guitry ] »,
Mots – lierre … qu’on pétrit …
« Charles _ c’est’ un Langage’ un peu macho »,
Analysera plus tard Juliette Gréco.
« C’est’ un Vrai Langage d’homme _
de ces’ hommes _
qui épousent des femmes _ qui ont des’ enfants. Ce n’est pas’ un Langage _
de dingue, comme Ferré, Brel, ou, Brassens’.
Peut’- être que Charles A un côté plus normal. » Langage
mâle, mon prince,
« Doublement galvanisé par L’Amour, des’ uns’,
et, Le mépris, des’ Autres »,
« il Avait du talent, bien sûr, [ des’ uns ],
mais’, Aussi, un’ incroyable flair, un formidable culot, [ des’ Autres ]. »
« Comme je sais
que Vous’ Allez me rappeler, ce n’est pas La peine que je sorte dans Les coulisses
pour revenir … Je Vais donc’ Vous faire Les rappels [, Les bis’,]
tout de suite [, et,] qu’on n’en parle plus ! »
Ça A plu …
« Après L’Adolescent Léaud,
des Quatre’ Cents Coups, Truffaut s’est trouvé son premier’ Alter’ ego
Adulte. Car il y A une ressemblance’ évidente. » « Truffaut confie Aimer, chez’ Aznavour,
« sa fidélité, sa Vulnérabilité, sa silhouette’ humble’ et gracieuse,
qui Le fait ressembler’ À saint François d’Assise. » » L’Assise … d’ Aznavour, heureuse, __/_
« il y en’ A qui ont des prix, moi j’Ai fait carrière » _ ____
Voilà bien’ un’ esprit, de belle’ Aventurière, …
d’Après Valérie Lehoux, de Télérama,
notre’ Aznavourama … serviteur, Avocat …
Gilles Roca,
Vendémiaire 2018’,
dans Les chaumières, triviale’- poursuite _ Charles’ Aznavour _
tour …
« Les citations sont’ extraites d’une série _ d’émissions _ réalisée par Monique’ Giroux,
de Radio Canada, en 2004. »
Ainsi tourne La roue …
À débattre’, _ _____ en notre’ ère,
_ G R

Charles Aznavour

0 comments

Posted on 10th octobre 2018 by Gunter in Textes

Charles’ Aznavour, _____ pour Denise’ & Sébastien,
_Le Circus’ y tient …
* nous chante _ nous parle’ Aznavour, Airs de bravoure’, on savoure, notre’, international, Arménien, national,
La Mamma … Mia ! J’me Voyais déjà … Les Comédiens … Là,
À La Cave’ À Poèmes, La Bohème … qu’on’ Aime’, Alléluia !
Notre’ émulsion d’Amande douce’- Amère’, orgeat, Voilà …
Les chaumières séduites, Vendémiaire 2018’, serviteur, Avocat, Gilles Roca,
* Et Encore’, Et Encore’, Encores, il Voulait Vivre cent’ Ans, Aznavour, La planétaire Voix,
de La Chanson, Au poivre’ et sel, de La terre _ Voix, En’ Esprit, En – corps … La Voix …
qui grince, mon prince, « Qu’a l’son court » … disait’- on de Lui, Les premiers jours, « L’enroué Vers L’or » … « AznoVoice » _ « Jazznavour », « Aznavour Sings’ Aznavour »,
Le « Divinidylle » … d’un’ Auteur, qui chante’,
un’ Acteur, qui enchante’,
À New York … « [ Charles’ Aznavour se fait des’ Amis,
plus Vite que Charles’ de Gaulle _ des’ ennemis ... ] »
C’est’ un gars, un prophète, c’est’ un gars, un « pro-fête »,
c’est’ un gars qui ne se disait pas poète, contre Les murs, La tête’,
et, « Un destin, ça se forge _ ça se sculpte _ ça s’idéalise _ comme’ un métal précieux »,
et, en gorge d’or, se réalise’, immortel, et, donc’, pré – cieux …
intime’- universel, et, multi-culturel,
un’ inconditionnel, de La Terre nouvelle,
« La France _ ce sont parfois Les fils de migrants … qui en parlent Le mieux … »
errance _ des migrants … qui re – naissent’… en Vieux …
« Ce qui m’intéresse _ c’est L’ À – venir [ , demain, ] Si ce sont des Vieux …
qui … font La prochaine’ révolution, Alors, je m’intéresserai Aux Vieux »,
demain, telle serait L’unique revendication, du 100 % Français, 100 % Arménien,
Voire Le Comédien, Voire Le Musicien, La Voix de L’Arménie, et, des mômes de rien, Aznavour – rien, Aznavour – Lien, c’est Pour Toi, Arménie, moi, Le Vrai / faux parisien,
Le faux bobo _ bourgeois – bohème … La Bohème’, À Lui tout seul, et, qui est – sème’…
et qui … part – sème,
et, Sur ma Vie … « Des’ yeux … qui font baisser Les miens » …
Aux radicales’… Ailes
de ses ritournelles,
du petit Au grand Charles, Aznavour nous reparle, Patrimoine’, national, Bien, international, Référence, musicale _ Rayonnance, mondiale, Jardin À La française’,
À L’Anglaise’, une’ Ascèse’, À La Langue française, planétaire synthèse,
Source d’inspiration, sa source provençale’,
Légende d’Adoption, historique’, et, Astrale, Charles brûle Les planches,
A du pain sur La planche’, __ / 1
* « Obsédé textuel », de Jean-Marie Cornille, ____
« Texte’- Appeal », rituel, et, de Vincent Roca, des chaumières – familles,
et, de La baraka … de France’ Aznavourienne, de La Chanson, gardienne’,
À L’Ancienne’, une’ Antienne’, et, une « Voix Appienne »,
du peuple _ plébéienne, Luth, ou, Lyre’, éolienne …
de sa Voix « harpienne » _ de La magie – sienne’,
un filet, grain, de Voix, devient’ Aznavour – Voix, mots – dièse _ mots – diérèse _
mots – synérèse … Charles : « mon pays c’est La Langue française » _
de jadis’ et naguère, « Dès’ Avant La guerre … j’Ai pleinement’ eu conscience _
de mon’ Amour pour La France _ Franco – Arménien je suis. Et parigot À 200 % ! Espérance, en Confiance’,
et, toujours re – naissante,
La France Le poursuit … ( même Le fisc’) … en fin … en fin re – connaissante …
Lui re – commençant’… naissant’ et re – naissant …
* de Lippe _ La gouaille _
travail, et, trouvailles’… un « Malgré que » … un « Parce que » … de passage _ du temps, pas – sage … dans Le temps, mais – sage …
temps, peinture _ sculpture _ Littérature, Lecture, mais – sage … hors du temps,
« Moi je suis de ce peuple, qui dort sans sépulture’»,
et, Antoine Blondin : « tout Le reste n’est que … Litre’- et – rature’ »,
Aznavour, La Voix, x, française, de L’Arménie,
Aznavour, La Voie, e, française, de L’Arménie,
Emmenez-moi …
Voir Les Comédiens, Musiciens … Couchés dans Le foin … L’Amour A fait de moi …
comme … Les’ Hirondelles’…
un rayon de printemps … brin – temps … nous’ irons – d’elles,
Plus bleu que tes’ yeux … La Voix cassée, qui recolle,
Voix cassée, qui racole’,
et, Toi et moi … émoi … À Voix basse …
Retiens La Vie … qui passe,
* Je hais Les dimanches … dit’- il, Et bâiller’, et dormir … dit’- il, Trousse’- Chemise,
comme’ ils disent, Que c’est triste Venise,
Sur ma Vie … il faut savoir, Encore’, Et, Encore’, Encores, Après L’Amour …
et … Tirez sur Le pianiste … Tu t’ laisses’ Aller … et … Non, je n’Ai rien’ oublié …
Les Plaisirs démodés’… Et Pourtant … re – Liés …
Deux guitares … pour un « Latin’ Lover’ macho …
mais romantique … show, certaines … L’Aiment … chaud …
L’Arménien, Caucasien, Les peuples de L’errance’,
Les Tsiganes … Les Manouches … Que reste – t – il … de nos’ Amours …
en’ errance’, en partance, __ / 2
* « Hier’ encore, j’Avais Vingt’ Ans, caressais Le temps, ____
j’Ai joué de La Vie, comme’ on joue de L’Amour,
et je Vivais La nuit, sans compter sur mes jours, qui fuyaient dans Le temps » …
« J’Aime Paris Au Mois de Mai … et … Au Mois d’Août … Ave Maria …
Viens’ Au creux de Mon’épaule … Mé Qué Mé Qué … La plus belle, pour Aller danser … C’est Merveilleux L’Amour … Ma Ville’ et Ma Campagne, Ma Vie et Ma Compagne, « Hasta Pronto Señor’ Champagne » … M’Accompagne,
Retiens La nuit … Les Parisiennes, il faut savoir … penser …
« L’histoire, L’histoire, L’histoire’», « ils sont tombés … Le temps des Loups … À hue, À dia,
Mourir d’Aimer … du dernier de … devenu … premier de cordée … et … Monsieur Carnaval … Je Vous parle d’un temps … que Les moins de Vingt’ Ans … ne peuvent pas connaître »,
de « Mes’ Emmerdes » … L’Aiguille, dans Le corps de son fils, mort, 25’ Ans,
L’Aiguillon, de sa Vie, dans son corps, tout Le temps …
Le temps de naître … renaître …
d’Amont en’ Aval,
À Voix basse’… et … « [ Au paradis des’ illusions, porte’ ouverte sur L’enfer’...
de ... Mes’ Emmerdes ... sur L’enfer’
des désenchantements ] » … Merci Madame La Vie …
illusions … Visions … Tenir … Voilà que tu reviens … Colore’ ma Vie …
* « Je suis né Au bout du Voyage, de L’enfer’, Là où commence’ Le paradis,
de ce qu’on’ Appelle’ L’émigration »,
Le Temps des’ Avants, Le sillage’ Allant – vers … ce « p’tit coin d’paradis » …
de sa composition, sa propre partition,
de son Temps de L’Avant, et, du temps des’ Amants’…
Au temps du propre’ Aimant …
Hier’ Encore … ma Vie … que … Tu n’As plus … « Don Juan mangé Aux mites …
qui ferait mieux de se caser » … bouffé Aux mythes,
À L’oreille … murs – murs …
Les Dragueurs … Ararat’… La tête’ contre Les murs …
« Comme L’eau tu t’en Vas … comme L’eau tu reviens »,
« Avanie et Framboise’ », Avec’ Boby Lapointe,
Le « chanteur sous-titré » … et dont La route … tient …
Candy … raton … Laveur … et qui s’Accointe’, Appointe,
Les’ Aventuriers’… et … L’intervention Delta, Le Tambour … Les’ intrus … Voix cassée …
Le Crooner’, Hier’ Encore’… Le Loser’…
devenu Le Winner’, Le globe’- trotter’…
Eh … dites, Piaf, persona grata, d’Arrière’- salles de bar …
en phare, devenu star …
disent’- ils … À L’Eau-de-Vie … Aznavour’- Ode’- de – Vie … Et Pourtant … et … cassé(e)s …
Que reste-t-il de nos’ Amours … __ / 3
* La Mer’… Tant que battra mon cœur … En-vie … d’Amour … ____
« Et si L’humble garni Qui nous servait de nid Ne payait pas de mine »,
« C’est Là qu’on s’est connus, Moi qui criait famine’,
et toi qui posait nue » … « Plus’ encore que dans La chambre je t’Aime dans La cuisine … Rien n’est plus beau que Les mains … d’une’ femme _ dans La farine’»,
À t’regarder,
Vivre’, Avec’ toi, À t’regarder …
« Deux tsiganes, sans répit, grattent Leur guitare …
Ranimant du fond des nuits toute ma mémoire,
sans savoir que roule’ en moi un flot de détresse,
font renaître sous Leurs doigts ma folle jeunesse »,
rythmes’ et rimes … ponctuent … Le passage du temps,
« Long temps, Long temps, Long temps … »
L’Autre Charles Trenet … traîne’ encore ces temps …
Aznavour, hors du temps’, Avant … « [ J’Ai travaillé, des’ Années,
sans répit, jour et nuit, pour réussir, gravir, Les sommets’, où je re - nais’...
en’ oubliant souvent, dans ma course contre Le temps,
Mes’ Emmerdes ... Mes’ Amis, Mes’ Amours ] »,
parfois même … toujours …
* « … Et je Voudrais’, un jour, en fin, pouvoir te dire … te L’écrire
dans La Langue de Shakespeare »,
Darling’, et, « [ Je n’Ai Absolument pas changé
[ ... ] j’Ai toujours cette’ espèce de Voile, de pudeur, et, qui couvre ma Voix ] » …
en cette’ heure’, inchangée …
« une nouvelle’ manière’, une nouvelle’ raison, m’est donnée de dire, de Vive Voix,
« je t’Aime’», Aux femmes », par gourmandise …
L’Âme’ Affable’, Au tour de table … comme’ ils disent,
« J’Ai fouillé Les’ Anthologies’,
et chaque soir, À La bougie,
entre’ Hugo et Apollinaire, je cherche Les combinaisons » …
passionnaire raison,
Je t’Aime … c’est Le thème, « La politesse », La sympathie, « du désespoir »,
Les mots de tous Les jours, Les jours de tous Les maux,
La Salle’ et La Terrasse, Plaisir d’Amour, Le soir,
Les Bons Moments’, émaux … des mots … des maux …
Le jazz, Le rock, La Soul, Bossanova, yéyés … tout ce qui swingue’ y est,
« il me semble que La misère’ serait moins pénible’ Au soleil »,
Édith et Marcel, un Taxi pour Tobrouk y’est … y’est, Charles’ Aznavour y Veille’,
« [ Elles’ sont Venues, sont Là » ... « Toutes Les Bohèmes ] » … dont, toujours, il était, « nostalgie, nostalgie, et, « La nostalgie [ Là ] n’est plus ce qu’elle’ était »,
Simone Signoret, qui s’ignorait, Simone … même, __ / 4

Débat du 7 octobre 2018 : « L’instant présent et la mémoire », animé par Adrien Syed.

3 comments

Posted on 8th octobre 2018 by Carlos in Uncategorized

Le Temps va où il veut, les Évènements sont le résultat du hasard, ainsi que de l’action de l’Homme. C’est ainsi que de nombreux hommages on été rendus à Charles Aznavour, décédé à un âge vénérable, jusqu’à une ultime cérémonie aux Invalides… De son côté, le Gouvernement cherche un successeur, afin de remplacer Gérard Collomb, démissionnaire au Ministère de L’Intérieur. Un physicien, français, Gérard Mourou, a été, avec deux de ses collègues, honoré par le prix Nobel, pour leurs recherches sur le ‘laser’, et son utilisation en médecine. Le Brésil risque de se trouver avec un extrémiste de droite au pouvoir : premier tour des élections ce 7 octobre. Le footballeur, Cristiano Ronaldo, mis en accusation à Las Vegas, dans une affaire de viol, se trouve lâché par ses sponsors. Bien conscient de tout ça, après une ‘Nuit Blanche’, vécue par les parisiens, le ‘peuple philosophe’ s’est trouvé au Café des Phares@, afin d’expliciter la thèse, affirmée, par l’assertion suivante : « L’Instant Présent, et la Mémoire  », au cours du Débat animé par Adrien Syed.

Étant donné que ‘l’Instant’ ne dure que quelques secondes, il est difficile de prévoir combien de temps il imprégnera notre Mémoire. Ce terme, dérive, lui-même (du latin, memoria) désignant une activité biologique et psychique, qui permet de retenir des expériences vécues antérieurement. Alors, comment s’y prendre pour résoudre le ‘busillis’ ? Thèse assez audacieuse, autant qu’imprécise, mais qui n’effaroucha point la trentaine de sages amis de Sophie, bien aguerris face au combat des Idées, même les plus incongrues.

C’est ainsi que l’on a évoqué « la maladie d’Alzheimer », « les ‘fleurs du Mal », « le best-seller de Stephen Hawkings », le fait que « l’on a la ‘Mémoire collective enfouie dans le cerveau », ainsi que « le ‘Présentisme’, qui est à la mode, dispensant d’être attentif ». Le fait que le sujet ne comporte aucun questionnement explicite a été critiqué, aussi, car il est, dès lors, difficile de définir l’objet exact du débat.

Qu’est-ce que le Présent ? Se trouve-t-il entre ‘Mémoire’ et ‘Souvenir’ ? « La ‘Présence’ est poreuse », dixit Paul Valéry !!! Quant à la ‘Mémoire’, l’Ordinateur, certes, en a une… Hélas, il lui manque les Souvenirs, ainsi que les Sentiments et la Nostalgie. L’Instant Présent, n’est-il, dès lors, fait que de ‘mémoire’ , et réciproquement… du ‘Passé dans le ‘Présent’ ? Proust, par exemple, lie ‘Mémoire’, et ‘Instant’… la Mémoire étant quelque chose d’assez encombrant, en raison de sa plasticité neuronale, … mais on est souvent conscient de sa perte de mémoire.

« Ana Arendt, qui se référait au ‘temporel’, fut aussi de la partie, de même que ‘l’Avenir et le Futur’, bien différents du ‘Robotisme’ !!! »  « Qu’est-ce que l’ ‘être’ ? », a-t-on insisté encore , ainsi que, « Passé et Futur nous conditionnant », le « Trou de mémoire », « l’Autisme », « les Contacts avec les autres», Or, il nous restait Tout à définir, c’est à dire, expliciter la déclaration du départ, « L’Instant, présent … et sa Mémoire », retenus dans les oubliettes, comme il arrive souvent, dans ce défouloir !!!

Gilles, chanta l’‘ensorcellement du Temps’ puis, après quelques balbutiements de pure forme, tout le monde se retrouva dehors, commentant, plus le ‘Temps’ qui s’annonçait pluvieux’… que celui faisant déjà partie du ‘Passé’ !!!

:-) Un ‘Pépé’ vient de s’acheter une voiture, et la pousse à 160/h…  Apercevant les gendarmes, il accélère encore, mais ils le rejoignent lui faisant signe de se garer, disant :

- Ca va’pas, Monsieur ? Je veux bien être indulgent, mais j’exige une explication, pour votre comportement !!! Sinon, PV, et un mois de prison !!!

L’autre répond :

- Vous savez, il y a longtemps, ma femme s’est tirée avec un gendarme et, vous voyant, je me suis dit : « Mon Dieu, il me la ramène !!!»

Carlos

Débat du 30 septembre 2018 : « Qu’est-ce que l’hospitalité ? » animé par Bruno Leucoris et Christophe Baudet.

2 comments

Posted on 1st octobre 2018 by Carlos in Uncategorized

« Le temps, le temps, n’est rien d’autre, le tien, le mien, celui que l’on veut nôtre… », chantait Charles Aznavour !!! Or, l’artiste vient de décéder, à 94 ans, et le Temps, lui, continue de se charger constamment des événements les plus insolites, ou originaux, étrangers à notre ‘EGO’, comme la ‘Fashion Week’, qui a lieu à Paris, avec, notamment, le défilé de Michel Nyman, à la salle Pleyel, tandis que les rendez-vous sur les quais de la Seine, vu le temps amène, ont été, comme toujours, un succès de fraternité, faisant oublier les malheurs du monde, tel le violent Tsunami en Indonésie, dont le tragique bilan, en Vies ainsi qu’en Biens ne cesse d’augmenter.

Arrivé le dimanche, 30 septembre, les fondus de Philosophie, en l’occurrence, se sont trouvés au Café des Phares@, afin de dépiauter la question relative au débat du jour, c’est-à-dire : « Qu’est-ce que l’Hospitalité ? », posée, et animée, conjointement, par Bruno Leucoris et Christophe Baudet.

De quoi s’agit-il, alors ?

L’HOSPITALITE’ 1) (du latin : ‘hospitalitas’, se réfère à ce qui concerne ‘l’Hôte), l’Invité, la personne accueillie. 2) Au sens institutionnel, il s’agit du plus ancien droit, réciproque, de recevoir et loger les gens, au cours de leurs voyages, les uns chez les autres, selon les conventions établies par la Loi. Elle existait entre Athènes et Sparte, par exemple… et, à Rome, de tels organismes permettaient à des étrangers, de trouver dans la ville une protection spéciale, auprès d’un Citoyen, ou de la totalité du Peuple. De là, le sens actuel d’«Asile», qui pouvait ne pas être réciproque, alors que dans la Rome, du Bas-Empire, elle correspondait à un droit de réquisition, attribué aux militaires, sur des locaux appartenant à des civils, afin de pourvoir à leur accommodement.

3) Au sens moral, de la Charité chrétienne, le terme désigne l’Hébergement, gratuit, réservé aux Indigents, ainsi qu’aux Voyageurs, dans des Couvents et Hôpitaux, de même que l’attitude bienveillante à leur égard.

4) Au sens philosophique, introduit par Kant (1724-1804), il s’agit d’un élément central du Cosmopolitisme, en tant qu’idéal de l’Histoire Universelle.

5) L’Hospitalité est la sympathie dont, à priori, l’étranger bénéficie.

6) Libre circulation des personnes, et leurs biens, dans un espace donné.

Qu’en ont pensé les Participants à l’exercice ?

Les uns dirent y déceler « un considérable enjeu politique et sociologique, du point de vue de l’expérience » mais, entre-temps, furent demandés trois minutes de silence, afin de réfléchir sur ‘l’Hospitalité’, et plusieurs exemples ont été ensuite avancés, tels que « la demande d’Asile, en Italie’ (faisant référence à l’actualité politique du moment) », … ainsi que « un petit garçon, très éveillé, m’a apprivoisé !!!… » Il s’en suivirent plusieurs cas d’Hospitalité reçue ou accordée’,

Mais,  poursuivons!!! Il paraît que ‘chez certains ancêtres du peuple juif, on changeait de maison chaque 7 fois 7 ans, déclare quelqu’un … car ils s’estiment locataires d’un corps ’, qui le serait… ‘Hôte… Hôtel… Hôpital’…, fut aussi évoqué, que ‘La propriété, c’est le vol’… et tout à l’avenant… tel ‘le film‘Bad Woman’… ‘nous sommes Vulnérables’, ‘Ulysse débarquant sur une plage, et accueilli par un Roi’. Puis, un participant, d’origine allemande, a précisé : ‘je suis plus français que les savoyards de Paris’, Ensuite, ‘Sommes-nous hospitaliers, ou pas ?’ !!!  Un sage commentaire fut ajouté, encore, c’est-à-dire, ‘si l’on a du mal à accepter la venue de migrants, et qu’on refuse de recevoir des réfugiés, c’est en raison du mal que nous avons à concevoir le fait de nous trouver un jour, dans la même situation, alors qu’autrefois, nous étions conscients que ce que l’on fait aux autres, on peut l’avoir en retour dorénavant’. Puis, un autre se référa ‘au ‘don de sperme’, malgré les enjeux de l’âge…’.

Finalement, Gilles mit Tout en vers de son cru et, après quelques balbutiements de plus, nous nous sommes réjouis d’attraper, au vol, quelques brillants rayons de soleil !!!

:-) Une femme décida d’aller rendre visite à sa fille et son gendre, que depuis longtemps elle n’avait pas vus ! C’est le gendre qui ouvrit, et salua la belle-mère lui disant : « Bonjour, belle-maman, … il y a un Moment que je ne vous ai pas vue !!! Combien de temps restez-vous

- Jusqu’à ce que vous en ayez assez de me voir !!!

- Ah bon ? Rétorque le gendre, vous ne voulez pas rester 10 minutes, pour prendre un café ?

Carlos